email print share on facebook share on twitter share on google+

CANNES 2018 Industrie / CNC@Cannes2018

Le film de genre s'invite à la table du CNC

par 

- CANNES 2018 : Le CNC a clôturé son cycle de tables rondes par une rencontre sur le cinéma de genre français et les résidences d'écriture

Le film de genre s'invite à la table du CNC
Les participants de la table ronde (© Eric Bonté / CNC)

Jeudi 17 mai, le CNC clôturait son cycle de tables rondes par une rencontre sur le cinéma de genre français et les résidences d'écriture mises en place par le Centre avec SoFilm, Canal+ et plusieurs régions.

Film fantastique, thriller, comédie musicale… le cinéma de genre reste rare en France. Mais le succès de Grave [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Julia Ducournau
fiche film
]
de Julia Ducournau (multiprimé et présenté à la Semaine de la critique en 2016) a fait évoluer les mentalités : le CNC a annoncé début mai la création d'un fonds spécial "films de genre", doté d'un budget annuel d'1,5 M€ pour trois à quatre projets de longs métrages soutenus. La nouvelle commission est d'ailleurs présidée par... Julia Ducournau.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le directeur du cinéma du CNC, Xavier Lardoux, a souligné à l'occasion de cette table ronde que tous les genres ne seront pas aidés mais ceux particulièrement sous-financés en France, comme "les films sur le thème du fantastique, de la science-fiction et de l'épouvante" qui font l'objet du premier appel à projet qui s'ouvrira en juin prochain. A l'issue du "premier tour" de cette nouvelle commission, les genres concernés seront changés ou élargis, à la comédie musicale par exemple.

La comédie musicale est justement le genre des courts métrages écrits par deux réalisatrices présentes ce jeudi sur la plage du Grey d'Albion, Madeleine Feret Fleury et Valérie Leroy. Leurs scénarios font partie des sélectionnés -parmi 200 reçus- pour les résidences d'écriture de films de genre du CNC. Thierry Lounas, producteur, créateur du mensuel et du festival So Film, coordonne ces résidences mises en place depuis 2016. Canal+, chaîne en demande de films de genre, s'engage à préacheter cinq courts chaque année issus de ce développement. "En moins de trois ans, 30 projets ont été accompagnés et 15 films courts ont été réalisés" a souligné Thierry Lounas. Les Régions Nouvelle-Aquitaine, Centre-Val de Loire, Grand Est et Bordeaux Métropole sont partenaires du dispositif. "Dans les nouvelles conventions que les Régions viennent de signer avec le CNC, un volet concerne les résidences d'écriture que nous accompagnons financierement" rappelait Julien Neutres, directeur de la création des territoires et des publics. Une nouvelle génération d'auteurs, de réalisateurs, d'écrivains a envie d'écrire des films de genre : 600 scénarios ont été reçus lors du premier appel à projets sur le thème du fantastique.

Ces initiatives intéressent particulièrement le groupe Canal+, la chaîne Ciné+, Ciné+ frisson et le service de catch up par abonnement où des collections par thème sont lancées dont la première aura pour thème les films d'horreur. Comme le soulignait Bruno Deloy (directeur de de Ciné+), le cinéma de genre est très structurant en programmation, nos téléspectateurs sont très demandeurs" Davantage que les chaînes hertziennes et les distributeurs français, effrayés par les interdictions (moins de 12 ans et moins de 16 ans) qui réduisent le public potentiel. Clément Lepoutre, jeune producteur de films de genre (Vixens), a rappelé que ce sont les financements internationaux ou des fonds d'investissements privés qui permettent de compenser cette frilosité : "Ces nouvelles aides du CNC sont évidemment une très bonne nouvelle pour nous producteurs !"

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.