email print share on facebook share on twitter share on google+

ANNECY 2018

Dilili à Paris et Funan en vitrine à Annecy

par 

- Les films de Michel Ocelot et de Denis Do brillent parmi les 230 titres au menu de la 42e édition du grand rendez-vous de l’animation mondiale

Dilili à Paris et Funan en vitrine à Annecy
Dilili à Paris de Michel Ocelot

C’est la première mondiale hors compétition de Dilili à Paris [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du maestro français Michel Ocelot (Azur et Asmar [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, la trilogie Kirikou [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Les Contes de la nuit [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Michel Ocelot
fiche film
]
, etc.) qui ouvrira ce soir lundi 11 juin le 42e Festival International du Film d'Animation d'Annecy qui rassemblera jusqu’au 16 juin dans la cité savoyarde les professionnels du monde entier (10 000 accrédités sont attendus) d’un genre souvent qualifié de grande famille.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Au cœur d’une sélection comptant 230 films issus de 87 pays, 10 longs métrages se disputeront le Cristal 2018. Parmi eux se distingue Funan [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, le premier long du Français Denis Do. Ecrit par le réalisateur avec Magali Pouzol, le scénario retrace la survie et le combat d’une jeune mère, durant la révolution khmère rouge, pour retrouver son fils de quatre ans, arraché aux siens par le régime. Produit par Sébastien Onomo pour Les Films d’Ici et coproduit par les Belges de Lunanime, par Webspider Productions, par ithinkasia, et par Bac Cinema (Luxembourg), le film est vendu à l’international par Bac Films

Seront également en lice le nominé à l’Oscar Parvana [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de l’Irlandaise Nora Twomey et Gatta Cenerentola [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alessandro Rak
fiche film
]
des Italiens Alessandro Rak, Ivan Capilello, Marino Guarnieri et Dario Sansone (apprécié à Venise dans la section Orizzonti). Leur seront opposés le film colombien Virus Tropical de Santiago Caicedo, le chilien La casa lobo du duo Cristóbal LeónJoaquín Cociña, le canadien Le mur de Cam Christiansen, l’américain Seder-Masochism de Nina Paley et les japonais Miraï, ma petite sœur de Mamoru Hosada et Okko’s Inn de Kitaro Kosaka.

Au rayon des 15 longs métrages hors compétition pointent notamment Chris The Swiss [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Anja Kofmel
fiche film
]
de la Suissesse Anja Kofmel (attraction de la récente Semaine de la Critique cannoise), La Tour [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mats Grorud
fiche film
]
du Norvégien Mats Grorud, Marnie’s World [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
des Allemands Christoph et Wolfgang Lauenstein, Un homme est mort [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Français Olivier Cossu, Chuck Steel : Night of the Trampires [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Britannique Myke Mort et Captain Morten and The Spider Queen [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de l’Estonien Kaspar Jancis (produit par la Belgique, l’Estonie, l’Irlande et le Royaume-Uni).

A noter également en séance événement Insect [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jan Švankmajer
fiche film
]
du Tchèque Jan Švankmajer, une gros programme dédié au Brésil (pays mis à l’honneur par cette édition du festival) et une très forte présence comme d’habitude des studios américains avec entre autres la projection en exclusivité mondiale de la version non finalisée de Hôtel Transylvanie 3 : des vacances monstrueuses, la remise d’un Cristal d’honneur à Brad Bird (Les Indestructibles 2) et la leçon de cinéma de Duke Johnson et Dino Stamatopoulos (Starburns Industries).

Le tout sans oublier les Keynotes, leMaking Of (avec Carlos Saldanha aux manettes), les conférences (notamment "animation européenne indépendante : comment s’imposer sur le marché international ?" et "les plateformes digitales : nouvel Eldorado pour l’animation adulte ?"), les Studios Focus (Pixar, Warner, Netflix, Paramount, Google Spotlight Stories, Nickelodeon, Cartoon Network et Pearl Studio) et les sessions de Work in Progress incluant notamment Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec, La Fameuse Invasion des Ours en Sicile de l’Italien Lorenzo Mattoti, Buñuel et le labyrinthe des tortues de Salvador Simó (produit par les Espagnols de Sygnatia avec les Néerlandais de Submarine), La Traversée de Florence Miailhe (qui associe la France, la République Tchèque et l’Allemagne) et Playmobil: The Movie de Lino DiSalvo (piloté par On Animation Studios).

Du 12 au 15 juin, ce sont près de 3000 professionnels qui convergeront au MIFA (Marché International du Film d’Animation) dont la 28e édition inclut plusieurs nouveaux dispositifs comme des projections de marché (ouvertes aux producteurs, distributeurs et vendeurs), un Shoot the Book Anim’s (avec dix livres sélectionnés susceptibles d’être adapté en film d’animation) ou encore un programme Meet the Composers. Parmi les événements majeurs au menu pointent les Pitchs (37 projets dont le franco-italien Linda veut du poulet de Chiara Malta et Sébastien Laudenbach, Golem de l’Italien Lorenzo Ceccotti et la coproduction canado-française The Panda Project de Clément Langlais), les Focus territoires, le Mifa Campus (parrainé par Richard Williams), les conférences de presse des studios et des chaînes TV, ainsi que de multiples workshops, tables rondes et panels pour un marché au succès en croissance ininterrompue qui est aussi devenu un incontournable carrefour pour le recrutement des jeunes talents de l’animation de demain. A noter enfin qu’un Mifa Animation Industry Award sera décerné à l’association Women in Animation (WIA).

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.