email print share on facebook share on twitter share on google+

LOCARNO 2018 Compétition

Critique : Alice T.

par 

- LOCARNO 2018 : Ce 6e long-métrage de Radu Muntean, en compétition à Locarno, est un portrait captivant, rare en son genre, du malaise de l'adolescence

Critique : Alice T.
Andra Guţi et Marc Titieni dans Alice T.

Alice T. [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Radu Muntean
fiche film
]
, sixième long-métrage de Radu Muntean et le cinquième qu'il a écrit avec Răzvan Rădulescu et Alexandru Baciu, est un portrait d'adolescent captivant, un âge que le cinéma roumain explore peu fréquemment. Le film, bien porté par des performances excellentes de la part d'Andra Guţi, pour la première fois à l'écran, et de la comédienne aguerrie Mihaela Sîrbu, devrait impressionner le jury de la compétition internationale du 71e Festival de Locarno (1-11 août).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Guţi incarne le personnage-titre, Alice, une adolescente rebelle qui a une relation compliquée et imprévisible avec sa mère adoptive, Bogdana (Sîrbu). Cependant, les problèmes d'Alice à l'école et ses crises d'agressivité deviennent vite des soucis insignifiants, éclipsés qu'ils sont par une nouvelle qui fait l'effet d'une bombe : elle est enceinte, et bien décidée à garder le bébé. Cette révélation met Bogdana dans une position difficile, à la fois parce qu'elle est convaincue que sa fille n'arrivera pas à assumer le difficile rôle de mère, et parce qu'elle-même n'a jamais pu avoir d'enfant.

Alice T. a toutes les chances de faire sensation en Roumanie, où le public se plaint souvent du fait que la production nationale ne favorise pas des histoires auxquelles les spectateurs peuvent se rapporter. En tant que mélange de drame familial et de récit d'apprentissage, Alice T. aborde très directement le thème de la famille qui concerne tout le monde, et met l'accent sur un sexe et un âge qui font rarement l'objet de films dans le pays – au-delà du prometteur premier film de Nicolae Constantin TănaseThe World Is Mine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, les difficultés qui peuvent se présenter dans la vie d'une jeune fille n'ont jamais été traitées de manière plus frontale que dans Alice T. Les films qui parlent de l'enfance et de l'adolescence sont d'ailleurs si rares en Roumanie que le Centre national de la cinématographie du pays a décidé cette année de réserver une part de ses financements à ce genre. 

La jeune héroïne, superbement interprétée par une Guţi très dévouée à son rôle, permet de mieux comprendre combien il est difficile de ne pas avoir de direction, de point de repère. L'histoire explore attentivement la réaction que peut avoir une jeune fille à un monde dont elle ne connaît pas les règles, ou dont les règles ne cessent de changer. Sa vie est comme une descente en voiture sur une route bosselée : un seul coup de volant négligent peut avoir des conséquences inattendues, drastiques et tragiques. Parfois, ce coup de volant est accidentel, mais parfois, il est comme le cri volontaire et rebelle d'une âme qui se sent encagée. “Je peux faire tout ce que je veux, c'est ma vie", semble dire Alice. 

Certains spectateurs pourront voir Alice comme un personnage mauvais, une incurable fauteuse de troubles qui enchaîne les désastres. Pour ceux qui auront une approche plus compréhensive, elle est l'image très intéressante d'un être perfectible, qui essaie de trouver sa voie à un âge où tout est à la fois fugace et définitif. Muntean utilise efficacement le personnage de Bogdana comme miroir des actes de sa fille, qui lui permet d'explorer dans le même temps les difficultés qui résultent du fossé entre leurs deux générations, ainsi que le mélange explosif d'amour, de frustration, de suspicion et de déception qui peut gêner la communication entre une mère et une fille, et ce tango compliqué est peut-être la plus belle relation humaine qu'ait dépeinte cette année le cinéma roumain.

Alice T. a été produit par Multi Media Est (Roumanie) en coproduction avec Les Films de l'Après-Midi (France), Film i Väst et Chimney (Suède). Les ventes internationales du film sont gérées par Films Boutique. En France, il sera distribué par Bac Films. En Roumanie, Voodoo Films prévoit de le lancer sur les écrans en novembre.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.