email print share on facebook share on twitter share on google+

VENISE 2018 Giornate degli Autori

Critique : Emma Peeters

par 

- VENISE 2018 : Cette comédie noire de la scénariste-réalisatrice Nicole Palo sur une actrice suicidaire a été projetée aux Giornate degli Autori

Critique : Emma Peeters
Monia Chokri dans Emma Peeters

Emma Peeters (Monia Chokri) est une actrice belge de 34 ans qui vit à Paris depuis 15 ans. Elle enchaîne les auditions, traîne avec les coiffeurs en bas de chez elle, à Belleville. On la reconnaît dans la rue parce qu'elle a fait un jour une publicité pour les détergents. Elle travaille comme vendeuse dans un magasin, et ses tentatives de devenir actrice sont si spectaculaires que même ses parents sont soulagés quand ils pensent qu'elle est sur le point de lâcher l'éponge. Alors que ses 35 ans approchent, comme Peeters voit cet âge comme la date-limite pour une actrice, elle décide que dans une semaine, le jour de son anniversaire, elle va se suicider.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La scénariste-réalisatrice américano-belge Nicole Palo a conçu Emma Peeters [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Nicole Palo
fiche film
]
 comme une sorte de Frances Ha comique version grand public. Cependant ce titre présenté comme la sélection de Giornate degli Autori pour la Mostra de Venise est trop plein de clichés pour être autre chose que divertissant. Chokri joue Peeters dans l'exaltation, probablement en réaction à un scénario qui montre son personnage en train de tomber amoureuse du directeur de maison de pompes funèbres aux cheveux poivre-et-sel (Fabrice Adde) à qui elle a démandé d'organiser son enterrement. On est bel et bien ici dans le territoire de la comédie romantique, et Palo rend l'hommage à ce passé de celluloïd dans une séquence qui évoque un film muet. Dès qu'on voit Peeters auditionner pour un rôle, l'image devient noire et blanche de manière à distinguer le monde du cinéma de sa vie.

Un propos supplémentaire de l'ordre du #MeToo sur l'industrie du film s'ajoute à l'ensemble tandis que Peeters et sa meilleure copine Lulu (Stéphanie Crayencour), sexuellement très active, essaient de réussir comme comédiennes à Paris, mais cet élément sert principalement à ajouter à la comédie, avec des répliques comme : "Si coucher avec les réalisateurs aidait, tu serais une superstar". Bien que cette comédie noire parle de mort et de suicide, Palo parvient à maintenir un ton plaisant, mais en exagérant la comédie, elle omet d'explorer suffisamment en profondeur l'état mental de son héroïne et nous livre un film qui, effectivement, ne se prend pas trop la tête. Il suffit de se laisser porter, et peut-être de tomber amoureux, si l'envie nous en prend.

Emma Peeters est une coproduction de Gregory Zalcman et Alon Knoll pour  Take Five (Belgique), avec Serge Noël pour Possibles Média (Canada).

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.