email print share on facebook share on twitter share on google+

VENISE 2005 Venice Days

Le choc 13 (Tzameti)

par 

Ce premier long-métrage de Gela Babluani (fils du réalisateur géorgien Temur Babluani), qui vient d'être montré au public pour la première fois à l'occasion des Journées des Auteurs à Venise, est un film impressionniste en noir et blanc dont le thème principal est le rôle du hasard dans toute vie humaine.

Sébastien (interprété par George Babluani, frère du metteur en scène), jeune immigré qui fait des travaux sur le toit d'une étrange maison, est très vite forcé d'abandonner sa position de témoin pour devenir l'acteur (plus ou moins impuissant) d'une étrange aventure. Après la mort soudaine du propriétaire de ladite maison, Sébastien trouve une enveloppe mystérieuse qui contient des instructions et décide de suivre la piste, entrant sans s'en rendre compte dans un engrenage implacable. Quand il se rend compte qu'il n'est qu'un pion dans un jeu cruel où seul un joueur peut gagner (et donc survivre), il est trop tard pour reculer. Il est pris au piège dans un espace confiné où s'expriment les instincts les plus vils des hommes présents, que l'odeur du sang transforme tous en animaux qui transpirent de peur et de folie meurtrière.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Si ce jeu illustre le pouvoir que les hommes exercent les uns sur les autres, aucune logique ne prévaut et son résultat final est tout à fait arbitraire. Sébastien est une victime kafkaïenne dont le sacrifice gratuit renvoie à des questions métaphysiques. D'ailleurs, quand il entre en piste, quelqu'un lui dit, non sans ironie, "prends ça avec philosophie". Dans ce film où rien n'a de sens, il n'y a pas de victime innocente, celui qui regarde est aussi coupable que celui qui tue, la frontière entre le meurtre actif et la passivité est brouillée. 13 (Tzameti) [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Fanny Saadi
interview : Gela Babluani
fiche film
]
est un traitement esthétique admirable du thème le plus universel (c'est d'ailleurs pour cela que le réalisateur situe l'action dans une sorte de "no man's land"): l'absurdité profonde de toute existence.

13 (Tzameti) est une co-production entre Les films de la Strada, Quasar Pictures, Solimane Productions, et MK2, qui en est aussi le distributeur pour la France.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.