email print share on facebook share on twitter share on google+

The Queen

par 

- Un film sur "une femme extraordinaire qui dirige une institution sujette aux critiques et aux conjectures"

The Queen

"Pas besoin de déranger Freud pour affirmer que la reine Elisabeth II hante mon subconscient. En 50 ans, elle a pénétré l'inconscient de tout Britannique." C'est ainsi, avec ironie et concision que Stephen Frears a expliqué à la presse internationale - qui l'a accueilli par de longs applaudissements lors de la conférence de presse du Festival du Film de Venise - pourquoi il s'est senti obligé de faire un film sur "une femme extraordinaire", comme il l'appelle, "qui dirige une institution sujette aux critiques et aux conjectures" . Critiques et conjectures qui se sont abattues sur la famille royale à la suite de la mort tragique de la Princesse Diana, probablement devenue la femme la plus célèbre de ce mois d'août 1997.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

The Queen [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Andy Harries
interview : Stephen Frears
fiche film
]
, en compétition officielle à Venise, relate ces jours, où le monde s'est arrêté pour rendre hommage à la princesse la moins conventionnelle de toute l'histoire d'Angleterre; où la famille royale s'est retirée derrière les murs de son château à Balmoral. Une erreur fatale sur laquelle la presse britannique s'est jetée, et qui a bien failli ternir à jamais l'image de la Couronne.

Avec beaucoup d'habilité et justesse, et grâce à la superbe interprétation d'Helen Mirren, Frears met en scène cette pression que le Premier Ministre Tony Blair a dû exercer pour convaincre la Reine de revenir à Londres et de réapparaître à la télévision. Durant cette période, d'une part d'émotions collectives, d'autre part de détachement total au Palais de Buckingham, Tony Blair tout juste élu (après une victoire écrasante) a travaillé à rapprocher la Reine de son peuple, conformément au plan de son Parti de modernisation du pays.

A ceux qui s'attendent à un portrait au vitriol du leader arborant un sourire jusqu'aux oreilles, posant un regard caustique sur la famille royale, nous pouvons dire que le point de vue du réalisateur est indulgent, mais inexorable pour ce qui est de l'anachronisme total entre la royauté et la détermination et l'ambition de Tony Blair. La profonde intelligence de la Reine et son dévouement à son rôle sont mesurés par l'esprit politique de Blair et chaque rôle est adroitement dépeint : l'humanité et la subordination de Charles, la perspicacité du Prince Philip, la vivacité et le sens politique de Cherie Blair, qui a surnommé son mari "le sauveur de la monarchie". Et malgré le poid du drame historique, l'humour "très british" qui traverse le film le rend délectable.

The Queen [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Andy Harries
interview : Stephen Frears
fiche film
]
est produit par Granada Screen et Pathé Pictures Production.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.