email print share on facebook share on twitter share on google+

REC

par 

- "Un film d'horreur raconté en direct et en temps réel du point de vue d'une seule caméra immergée dans l'action"

REC

À Barcelone, une jeune reporter de télévision accompagne, avec son caméraman, une brigade de pompiers toute une nuit. Quand l'alarme sonne, ils rejoignent une bâtisse dont les voisins assurent qu'il s'y passe d'étranges phénomènes et dont personne ne sortira, du moins vivant. Voilà, en bref, la synopsis de REC [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Jaume Balagueró, Paco Plaza
interview : Julio Fernández
fiche film
]
qui, après sa projection à la Mostra de Venise (lire l'article), a conquis le dernier Festival de Sitges (lire lanews). Ce film, co-réalisé par Jaume Balagueró (Los sin nombre, Darkness [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Frágiles [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, Para entrar a vivir, de la série télévisée "Películas para no dormir") et Paco Plaza (El segundo nombre, Romasanta, Cuento de navidad / "Películas para no dormir"), a été produit par Filmax, société dirigée par Julio Fernández.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Avec des aspects empruntés à l'esthétique réaliste-documentaire du Projet Blair Witch mais plus aboutis et complétés par les techniques et structures narratives de la télévision (le spectateur voit – et entend – le tout comme s'il s'agissait d'un reportage de 80 minutes presque en temps réel, toujours à travers l'oeil de la caméra qui accompagne la guillerette journaliste), le film est un voyage trépidant et intense aux portes de la terreur.

REC a aussi beaucoup de points communs avec les films de zombies et les reality shows télévisés (c'est un film sans musique où l'on n'entend que le son de cette terrible pseudo-réalité qui nous est montrée). Il contient tous les ingrédients d'un véritable film de genre : moderne, audacieux, original et faisant usage des nouveaux modes de communication, le tout dans le cadre d'un récit de pure terreur, de frissons, de fange et d'obscurité au cours duquel l'inquiétude du spectateur ne décroit jamais. L'une des réussites du scénario est d'avoir pu inclure, en guise de moments de baisse de régime, des séquences où l'on voit la communauté des voisins, coincés dans l'immeuble contaminé, comme si l'esprit de Berlanga avait aussi été inoculé aux personnages.

Les attentes par rapport à ce film ont été accrues par l'annonce de l'achat des droits pour la réalisation d'un remake nord-américain qui transposera l'histoire dans un immeuble de Los Ángeles.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.