email print share on facebook share on twitter share on google+

Stephen Frears • Réalisateur

Interview

Stephen Frears raconte l'histoire de son film Dirty Pretty Things, avec Chiwetel Ejiofor en tête d'affiche

real (240x180) [1247 kb]

Copiez et collez le code dans votre html pour intégrer cette vidéo :


de Federico Greco

Stephen Frears : le trafic illégal d’organes existe à Londres et les victimes sont les immigrés clandestins qui vendent leur propres organes pour pouvoir survivre ou obtenir de faux papiers. L’Angleterre est un pays divisé en deux. Et il n’y a pas de liens entre les deux. Je voulais proposer un autre point de vue, des personnages anti-conventionnels, différents de la comédie britannique contemporaine. Le temps a passé depuis My Beautiful Laundrette. Ce film devait être une histoire dramatique et actuelle. Je crois que mon pays a beaucoup changé au cours des vingt dernières années et beaucoup n’ont pas pris conscience de ces changements violents. Ils pourraient être choqués par le réalisme des événements décrits dans mon film».
Chjwetel Ejiofor (acteur): «Je me suis basé sur l’observation directe, j’ai vécu toute ma vie dans un monde multiculturel et les affinités avec Okwe étaient nombreuses. J’ai travaillé dur pour rendre justice à l’histoire crée par Frears».