Fixeur (2016)
Compte tes blessures (2016)
Angle mort (2017)
Réparer les vivants (2016)
Ma Loute (2016)
American Honey (2016)
6.9 on the Richter Scale (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

Entre fait et fiction

email print share on facebook share on twitter share on google+

Bettina Blümner • Réalisatrice

par 

- La réalisatrice Bettina Blümner, qui réside à Berlin, parle de son dernier film ainsi que de ses influences et de ses débuts dans le métier

Bettina Blümner • Réalisatrice

“Je trouve cela vraiment excitant de mélanger documentaire et fiction, dit la réalisatrice Bettina Blümner. Cela correspond à ma vision de la vie. C’est important pour moi que le spectateur ne puisse pas percevoir la mise en scène, que mes films donnent une impression de naturel tout en exprimant mon interprétation de l’histoire. Je ne suis pas dogmatique, et c’est pour cela que j’aime utiliser de la musique dans mes films. J’essaye aussi d’éviter de trop me concentrer sur l’aspect dramatique : il est important pour moi de faire ressortir l’humour dans les situations dramatiques et, à l’inverse, de souligner les moments dramatiques dans une comédie”.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La popularité de Blümner s’est établie directement après son premier film, Pool of Princesses. C’était un documentaire, tandis que l’œuvre qui suivit, Broken Glass Park [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Bettina Blümner
fiche film
]
, était une fiction. Dans son dernier film, Parcours d’amour, elle revient à la forme documentaire. “Mes films ont tous quelque chose de fort en commun : ils dressent le portait d’une génération et montrent comment celle-ci grandit et se développe. Mon personnage principal dans Broken Glass Park reste sincère avec elle-même. Elle suit le chemin que son cœur lui dit de suivre. Elle a une extrême confiance en elle, elle sait qu’elle veut partir, mais ne sait pas où exactement”. Cette description pourrait également s’appliquer aux trois amis qu’elle a suivis et observés dans Pool of Princesses : “C’est sur le moment où l’on grandit, où l’on devient adulte. C’était amusant de raconter des histoires sur la découverte du monde. Vous vous rappelez vous-même votre adolescence : on pense toujours que tout est mieux dans les autres familles”.

Bettina Blümner ne pense pas que la différence entre les documentaires et les fictions soit très marquée – “Un film est un film”, dit-elle. Cependant, elle reste consciente de la différence entre la promesse de réalité d’un documentaire et les réalités imaginées. Elle souligne que Pool of Princesses a été réalisé d’une manière très similaire à une fiction, car elle y a rendu ses observations d’une façon dramatique.

Quand on lui demande comment elle est devenue réalisatrice, Blümner évoque ses années d’école, pendant lesquelles elle a vu de nombreuses œuvres décisives – la trilogie Trois couleurs de Kieslowki l’a particulièrement marquée à l’époque. Elle parle aussi de son père : “Il m’a appris à regarder les choses sous un angle photographique”. Et c’est ainsi qu’elle a commencé à prendre des photos et à faire des films. “J’aime raconter des histoires, les mots parlés sont devenus très importants pour moi. De bons dialogues sont rares, mais font le charme de beaucoup de films”, souligne-t-elle. Richard Linklater fait partie des réalisateurs qu’elle affectionne particulièrement : “J’ai beaucoup aimé Boyhood, et, en général, j’admire énormément son approche : j’aime les fictions qui incluent des éléments de documentaire, et, inversement, les films documentaires avec une touche de fiction". Blümner adore expérimenter de nouvelles choses : “Chaque film est un nouveau défi et j’adore les défis. J’aime travailler dans un milieu auquel je suis habituée, mais j’apprécie également les nouveaux milieux palpitants. J’aime quand on me propose de nouvelles idées et des matériaux intéressants”.

Les films de Blümner reflètent tous un certain optimisme, ils ont un humour et une maturité peu communes pour un film allemand, le tout mêlé de sagacité et de sens pratique, sans perdre leur grain de folie ou leur “perspective spéciale”, ici et là. Pour Parcours d’amour, par exemple, Blümner raconte : “Je suis tombée par hasard sur le sujet des cafés de danse pendant la phase d’écriture du film – et j’ai toujours voulu faire un film à Paris. Alors j’ai fini par réaliser ce film”.

Parcours d’amour sera projeté  à Montréal  ainsi qu’à Zurich. Il a été présenté à Hof fin octobre. Blümner a différents projets sur lesquels elle travaille déjà depuis un certain temps, et d’autres qu’elle développe en ce moment. Et quand elle croit vraiment en un projet, elle le réalise avec une immense passion, dans la vie fictive comme dans la vraie vie.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Newsletter

EAVE Home

Follow us on

facebook twitter rss

filmitalia_site