A Ciambra (2017)
Happy End (2017)
Mise à mort du cerf sacré (2017)
120 battements par minute (2017)
The Square (2017)
Le Redoutable (2017)
La Lune de Jupiter (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

"Le Marché nordique est le marché principal pour les films et fictions télévisées en Scandinavie"

email print share on facebook share on twitter share on google+

Cia Edström • Directrice du Marché du film nordique du Festival international de Göteborg

par 

- Cineuropa a interrogé Cia Edström sur l'évolution de l'industrie du film nordique et le Marché du film nordique, qui se tient dans le cadre du Festival de Göteborg

Cia Edström  • Directrice du Marché du film nordique du Festival international de Göteborg
© Ola Kjelbye

Cia Edström a plus de 20 ans d’expérience dans l’industrie du film. Elle travaille pour le Festival international du film de Göteborg depuis 1995. Après avoir occupé d'autres postes, elle dirige depuis 2005 le Marché du film nordique. Edström a évoqué pour Cineuropa les avantages de l’industrie du film nordique et les challenges auxquels elle fait face, le fonctionnement du Marché du film nordique et l'édition de cette année, qui accueille 40 projets.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Comment décririez-vous l'évolution de l’industrie du film nordique ces dernières années ? Quels progrès a-t-elle faits ? Quels difficultés connaît-elle?
Cia Edström : L’industrie du film nordique s’est renforcée ces dix dernières années. Depuis le succès de Morse [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : John Nordling
interview : Tomas Alfredson
fiche film
]
et Millénium [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Niels Arden Oplev
interview : Søren Stærmose
fiche film
]
, les films d'art et essai comme les films commerciaux réalisés en Scandinavie touchent de nouvelles audiences à travers le monde. En outre, ces cinq dernières années ont été très fructueuses pour le film noir nordique et pour les drames télévisés, avec des succès comme The Bridge, The Killing et Borgen. Le challenge pour l’industrie du film est de trouver des fonds et de conserver ses talents, malgré toutes les opportunités offertes par la fiction télévisée, qui est devenue une alternative attrayante.

Pour le reste de l’Europe, l’industrie nordique semble très stable dans sa production de films de qualité reconnus dans les festivals et de séries télévisées attirant toujours plus de spectateurs. Ce succès se retrouve-t-il dans les salles ? Les films scandinaves traversent-ils bien les frontières avec les pays voisins?
Les pays nordiques ont une longue tradition de collaboration et de coproduction entre eux. Les fictions télévisées s’en sortent très bien et voyagent sans problème entre les pays nordiques tout comme dans le reste de l’Europe. Pour les longs métrages de cinéma, c’est plus difficile, bien que certains réalisateurs-stars, comme Susanne Bier et Lars von Trier ou encore, plus récemment, Ruben Östlund avec Snow Therapy [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Ruben Östlund
fiche film
]
, soient automatiquement distribués dans tous les pays nordiques (et dans le reste du monde) dès qu'ils font un nouveau film.

Le Marché du film nordique est un rendez-vous incontournable pour les producteurs internationaux et les programmateurs de festival, les acheteurs et les vendeurs. Quels sont les partenaires les plus assidus?
Nous nous sommes développés de manière significative ces dernières années, et nous sommes heureux que notre marché soit devenu le marché principal pour les nouveaux films et fictions télévisées de Scandinavie. Nos invités les plus fréquents sont les représentants de festivals, les distributeurs et les vendeurs de pays européens comme la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, mais nous avons vraiment des participants de tous les continents qui viennent en quête de films et pour découvrir des nouveaux projets et talents.

Qu’est-ce qui différencie le Nordic Film Lab, un événement où l’on peut rencontrer des réalisateurs scandinaves plein d’avenir, des autres programmes similaires, et comment estimez-vous son impact chaque année ?
Ce qui rend le Nordic Film Lab différent des autres projets similaires est la façon dont il combine un intérêt très fort pour l’aspect créatif et artistique de la réalisation avec une sélection de participants qui ont déjà atteint un certain professionnalisme. Les participants sont sélectionnés avec soin avec l’aide de nos partenaires des pays nordiques. Nous nous concentrons tout particulièrement sur les réalisateurs qui ont un potentiel international et sont ouverts aux collaborations car pour ceux-là, le Lab peut vraiment faire la différence.
Nous évaluons les projets chaque année et avons récemment organisé un sondage auprès de tous les anciens participants, pour savoir dans quelle mesure le Nordic Film Lab avait encouragé leur créativité et conduit à des collaborations avec d'autres participants rencontrés au Lab. Ils ont tous répondu qu’ils étaient encore en contact avec les réalisateurs rencontrés ici. Dans plus de la moitié des cas, ces contacts ont en effet conduit à des collaborations professionnelles.
Certains de nos anciens participants se sont déjà fait une place sur la scène internationale, comme Marie Kjellson, la productrice de Snow Therapy; Gabriela Pichler, la réalisatrice de Eat Sleep Die [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : China Ahlander
interview : Gabriela Pichler
interview : Nermina Lukac
festival scope
fiche film
]
; Iram Haq, la réalisatrice de I Am Yours [+lire aussi :
critique
bande-annonce
festival scope
fiche film
]
; et Axel Petersén, le réalisateur de Avalon [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
. Nous sommes impatients de voir de nouveaux projets émerger de collaborations entre les participants du Lab et circuler dans les festivals internationaux.

(Traduit de l'anglais)

Newsletter

Cannes NEXT

Follow us on

facebook twitter rss

Italian Pavilion Cannes