La Lune de Jupiter (2017)
120 battements par minute (2017)
In the Fade (2017)
Jeune femme (2017)
Makala (2017)
A Ciambra (2017)
Happy End (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

"Armi était une femme d'affaires brillante et autodidacte, ce qui ne courait pas les rues en 1960"

email print share on facebook share on twitter share on google+

Jörn Donner • Réalisateur et producteur

par 

- Cineuropa a rencontré le réalisateur et producteur finlandais Jörn Donner pour en savoir plus sur son nouveau film Armi Alive!, sur la vie de la fondatrice de Marimekko

Jörn Donner  • Réalisateur et producteur

Jörn Donner, le seul et unique Finlandais à jamais avoir été oscarisé (en 1984, en tant que producteur de Fanny et Alexandre d’Ingmar Bergman), est au 38ème Festival international de Göteborg pour lancer Armi Alive! [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Jörn Donner
fiche film
]
, dont la sortie nationale est prévue pour le 20 mars. Le film dresse un portrait singulier d’Armi Ratia, la fondatrice (en 1951) et PDG de la société de design finlandaise Marimekko. Le film a été scénarisé par Karoliina Lindgren et produit par Oy Bufo Ab.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Jörn Donner, 82 ans, est à la fois écrivain, producteur et politicien (il a siégé autrefois au Parlement européen et siège actuellement au Parlement finlandais). Son dernier film avant celui-ci, The Interrogation, remonte à 2009. Entre son premier long-métrage, A Sunday in September, lauréat du prix du meilleur premier film à Venise en 1963, et le Jussi d'honneur pour l'ensemble d'une carrière reçu l’année dernière, il a produit et réalisé 90 films.

Donner a également publié plus de 30 ouvrages (dont Father and Son, couronné en 1985 par le Prix Finlandia, l’équivalent local du Goncourt français), joué dans quelques films et dirigé l’Institut suédois du cinéma entre 1978 et 1982. Quand Ingmar Bergman lui a parlé pour la première fois de Fanny et Alexandre, Jörn Donner, conscient de la conjoncture défavorable et de la pénurie de fonds, lui a cependant assuré : "Occupe-toi de faire le film, moi je me charge de trouver de l'argent". Le jeu en valut la chandelle, puisque le film finit par gagner quatre Oscars.

Cineuropa : D’où vient votre intérêt pour Marimekko ?
Jörn Donner : Cela fait longtemps que je connais Armi Ratia. Nous nous sommes rencontrés en 1967, et nous sommes tout de suite devenus amis. Un jour, elle m’a demandé si j’aimerais faire partie du Conseil d’administration de Marimekko, en précisant que c’était très ennuyeux, et j’ai accepté.

L’univers de la mode vous était-il familier ?
Non, mais celui de l’économie si, et je me suis vite rendu compte que son entreprise n’était pas en grande forme. Avec l’aide de quelques banquiers, nous sommes parvenus à remettre les choses en ordre. Cela a pris plusieurs années. J’ai ensuite quitté l’entreprise. Armi et moi sommes restés amis, mais Marimekko n’est jamais devenue une entreprise d’envergure mondiale. Je crois savoir pourquoi, mais je ne peux pas en dire plus...

Pourquoi avez-vous voulu faire un film sur cette femme 36ans après sa mort ?
Nous nous voyions de temps en temps, mais je vivais en Suède lorsqu’elle nous a quittés et n’ai pas pu me rendre à son enterrement. Quelques années plus tard, je me suis renseigné sur elle et sur sa vie pour en faire une pièce de théâtre, mais le résultat n’a pas été convaincant. Et c'est ainsi que nous avons décidé d'en faire un film, sans exclure l’idée de monter un jour la pièce de théâtre – puisque dans le film, on voit une troupe qui répète une pièce consacrée à la vie et au travail d’Armi. Le film est en grande partie un huis clos qui se passe dans une salle de répétition. Cela nous a permis de gagner du temps et de l’argent, et c'est une bonne chose.

Mais pourquoi une pièce dans une pièce, ou dans un film ?
Parce que je ne voulais pas faire un simple film biographique racontant les faits. Je déteste ça. De plus, toutes les périodes de la vie d’Armi ne seraient pas représentables dans un film. Par ailleurs, je n'avais pas envie de chercher à reproduire son apparence. Nous avons eu la chance de tomber sur une excellente actrice, Minna Haapkylä (également dans The Interrogation), pour prêter ses traits à cette femme exceptionnelle que fut Armi. Ce qui est bien pendant les répétitions d’une pièce de théâtre, c'est qu'on peut modifier la chronologie, les événements, les personnes, tout ce qu’on veut.

Quel genre de femme était-elle ?
Il me faudrait des heures pour répondre à cette question. Elle a fondé Marimekko et en a fait une société prospère. C'était quelqu'un d'unique, une femme d’affaires finlandaise qui s’était faite toute seule et qui est devenue célèbre. Ce genre de femmes ne courait pas les rues en 1960. Elle était extrêmement intelligente et c'était une artiste hors pair qui savait reconnaître le talent chez les designers et a su encourager la création du style visuel pur qui devenu sa marque de fabrique. C’était une personne fascinante, très talentueuse, avec un passé douloureux (née en Carélie, un territoire aujourd’hui russe, d'un père qui tenait une superette, elle a perdu trois frères au combat). Je n'en dirai pas plus, vous saurez le reste quand vous verrez le film.

Avez-vous d'autres projets de films en préparation ?
J’ai bien l’intention de continuer à travailler, mais pas en tant que réalisateur sinon en tant que membre du gouvernement finlandais (par intérim) jusqu’au mois d’avril. Pour le reste, je n’ai pas encore vraiment eu le temps de m’y mettre sérieusement.

 

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Newsletter

Producers on the Move

Follow us on

facebook twitter rss

Filmitalia Cannes 2017