La Colère d'un homme patient (2016)
Orpheline (2016)
Félicité (2017)
Paris La Blanche (2016)
Waldstille (2016)
L'autre côté de l'espoir (2017)
Noces (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

“Le plus important est d'avoir une histoire réussie et de savoir à qui on s’adresse"

email print share on facebook share on twitter share on google+

Eleanor Coleman • Ventes internationales et coproduction, Indie Sales

par 

- Eleanor Coleman, qui fait partie des mentors du Pixel Lab de Power to the Pixel, nous dit pourquoi la narration crossmédia enrichit la production cinématographique et télévisuelle classique

Eleanor Coleman  • Ventes internationales et coproduction, Indie Sales

La productrice américaine installée à Paris Eleanor Coleman est une pionnière en matière d’application d’une approche transmédia dans le cadre des structures cinématographiques et télévisuelles existantes.

“Le transmédia a connu plusieurs formes, explique Coleman. Il a généré tout un engouement, mais à présent les choses se calment, et il est temps de déterminer comment l'utiliser au mieux. Comment établir le contact avec notre public et avec les gens qui vont être prêts à payer pour des contenus qui vont vraiment servir une histoire ?" 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Coleman étudie la question depuis plus de 15 ans. Elle l'a d’abord fait au sein de la monumentale chaîne privée française TF1, où elle s'est occupée de production, créant en particulier le canal pour enfants Tfou, et où, depuis 2013, elle travaille en tant que conseillère freelance.

Chez TF1, la contribution d'Eleanor Coleman a été précieuse, car elle a proposé une approche à 360 degrés, créé un site internet dédié à Tfou qui est devenu extrêmement populaire et favorisé la coopération entre les équipes production et publicité, pour générer des nouvelles sources de revenus.

“Nous avons produit une émission sur mesure pour chaque jour et petit à petit, elle est devenue l'émission 'incontournable' pour les enfants sur TF1. Et le site internet a connu un succès si phénoménal que pendant un temps, il a rapporté plus d’argent que le site TF1.fr. Nous n’étions pas nombreux dans l’équipe, ce qui nous a permis de travailler en étroite collaboration avec le département publicitaire et de réaliser des campagnes vraiment incroyables.”

Aujourd’hui, Eleanor Coleman travaille avec la société parisienne Blue Spirit Studios, qui a produit plusieurs séries animées pour enfants, avec la réalisatrice transmédia argentine Paula Schargorodsky et avec la société de ventes internationales Indie Sales (élue meilleur distributeur européen au salon Cartoon Movie de Lyon début mars), qui s'intéresse aux projets animation et transmédia. Elle s'occupe aussi du film d’animation en stop motion très attendu Ma vie de Courgette

Eleanor Coleman a fait sa première acquisition transmédia pour Indie Sales en début d'année. Il s'agit de Dofus Book 1: Julith, un film dérivé du jeu fantastique en ligne culte Dofus, produit par la société française Ankama.

Le jeu, qui compte plus de 40 millions d’adeptes dans 150 pays, a également donné lieu à une série télévisée pour enfants qui fait un carton, à des livres, une gamme de peluches, du papier à lettres, des T-shirts et des affiches.

“Nous poussons les distributeurs à s’impliquer dans un projet, confie Eleanor Coleman. Nous avons reçu une tonne de retours positifs… L’idée est que les distributeurs qui achètent le film sont également enrôlés dans toute la stratégie transmédia mise en application pour sortir le film. Ce qui est vraiment sympa, c’est qu’il y a des éléments du film que l’on retrouvera dans le jeu. Admettons que le film est pré-vendu en Colombie, où le jeu connaît un succès fou, et le que distributeur décide de sortir le film en août. Nous pouvons demander à Ankama : "Que pouvez-vous créer dans le jeu pour pousser plus de monde vers le film ?'" 

Pour une grosse société de ventes de films européens, il est rare de travailler sur un projet transmédia, mais Eleanor Coleman pense que c’est une bonne stratégie.

“Nous sommes en train de marier une très, très bonne équipe de vente de films à un très, très bon projet transmédia. En tant que commercial, cofondateur et propriétaire d’Indie Sales, Nicolas Eschbach veut s’assurer d’avoir le détail qui fera toute la différence pour que le film se vende, qu’il s’agisse du casting, du réalisateur ou encore du directeur de la photographie. Dans le cas de Dofus, c’est l’élément transmédia." 

Eleanor Coleman aide Paula Schargorodsky à développer son projet transmédia Get Over It, qui a remporté le Prix ARTE international du Pixel Pitch et la somme de 6000 euros à l’édition 2013 de Power to the Pixel, le forum du cross-média. 

“C’est un dérivé de son documentaire autobiographique 35 and Single, dans lequel elle tentait de comprendre pourquoi elle était encore célibataire”, explique Eleanor Coleman. 

Le projet, original et interactif, examine ce qu'il faut faire pour se remettre d'une rupture. 

“C’est très amusant. Ça se passe en quatre temps : revenir en arrière, comprendre, lâcher prise et passer à autre chose, explique Eleanor Coleman. Vous téléchargez une photo en lien avec une rupture. Elle est placée sur un tapis roulant et solennellement insérée dans une machine, et à partir de là, vous pouvez démarrer."

Eleanor Coleman fera partie des mentors au Pixel Lab.

"Le plus important est d'avoir une histoire réussie et de savoir à qui on s’adresse, affirme-t-elle. Au Lab, j’apporte mon expérience professionnelle dans une grosse chaîne de télévision et une compréhension particulière de ce qu'il faut faire pour donner la forme qui lui convient à une histoire."

“J’essaierai de les aider à comprendre quel est l’élément clef qui fera que leur projet recevra les ovations du public et des donateurs potentiels, et de les mettre en contact avec les tuteurs qui pourront les aider à mener leur entreprise à bien", déclare-t-elle.

Sur la fondatrice et DG de Power to the Pixel, Liz Rosenthal, Coleman n'a que du bien à dire : “Liz réunit au sein du Lab une variété formidable de gens, ce qui permet à tout le monde de sortir de sa bulle créative et de se confronter à des idées différentes, dans un environnement encourageant de critique constructive qui va pouvoir aider à faire évoluer les projets de manière à ce qu'ils s'expriment pleinement.”

L’atelier de développement The Pixel Lab du forum Power to the Pixel aura lieu du 28 juin au 4 juillet (date limite d'inscription le 28 mars). Pour en savoir plus sur ce programme et s’inscrire, consultez le site internet de Power to the Pixel.

(Traduit de l'anglais)

Newsletter

Bridging the Dragon

Follow us on

facebook twitter rss

CASI HECHO Home