L'autre côté de l'espoir (2017)
Félicité (2017)
Orpheline (2016)
La Colère d'un homme patient (2016)
Waldstille (2016)
On the Other Side (2016)
Paris La Blanche (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

“Visegrad est le cœur et le symbole d’une plus large coopération”

email print share on facebook share on twitter share on google+

Jakub Viktorin • Directeur, Forum du film de Visegrad

par 

- En invitant de grands noms du cinéma à rencontrer des étudiants d’Europe centrale, le Forum du film de Visegrad a connu un immense succès. Cineuropa a rencontré son directeur, Jakub Viktorin

Jakub Viktorin  • Directeur, Forum du film de Visegrad

Le tout jeune Jakub Viktorin, né en 1990, a créé le Forum du film de Visegrad (VFF) en 2011, alors qu’il était étudiant en production à l’Académie des arts cinématographiques de Bratislava. Cet événement éducatif, qui attirait au départ des étudiants en cinéma issus des pays du Groupe de Visegrad (qui comprend la République tchèque, la Slovaquie, la Pologne et la Hongrie), s’est transformé en un rendez-vous important fréquenté par des conférenciers comme Bence Fliegauf, Krzysztof Zanussi, Jim Stark, Fred Kelemen, Roberto Olla et, cette année, l'ingénieur du son trois fois oscarisé Christopher Newman, Fabio Grassadonia (le co-réalisateur de Salvo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Fabio Grassadonia et Anton…
festival scope
fiche film
]
) et le réalisateur danois controversé Mads Brügger. Et les étudiants participant viennent à présent de d’une quinzaine de pays différents.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : D’où vous est venue l'idée de créer le forum, et comment parvenez-vous à faire se déplacer autant de grands cinéastes et de célébrités ?
Jakub Viktorin :
Nous avons créé le VFF dans le cadre du festival étudiant de notre école de cinéma à Bratislava. L’organisation d’un festival fait toujours partie du programme des étudiants en production, et nous avons décidé d’y ajouter cette plateforme internationale. La région manquait de ce genre de plateforme. Nous avons pris pour exemples des événements tels que le Training Ground au Portugal ou encore le Berlinale Talent Campus. 

Quant aux pointures du cinéma qui nous rendent visite, il n’y a pas de secret : nous leur avons simplement demandé s’ils étaient disponibles et intéressés. Nous avons partagé beaucoup de bons moments avec des réalisateurs chevronnés venus partager leur savoir. 

C’est incroyable que ce genre d’événement ait pu être créé par des étudiants. Comment avez-vous travaillé avec votre école pour faire naître ce projet ?
Au départ, organiser un festival est une obligation dans notre cursus scolaire, mais après une première fois, la deuxième année, nous avons voulu recommencer, et bien que nous ayons laissé les étudiants des classes en-dessous s'en occuper, tout s'est très bien passé. La troisième année, le festival faisait partie du travail que je devais faire pour mon Master, et toute l’équipe était motivée pour renouveler l'expérience, car tout le monde était satisfait du résultat de l'édition précédente. Aujourd’hui, pour la quatrième, l'événement a été organisé par une équipe de base dans laquelle il n’y a presque plus d’étudiants, même si pendant l’événement, beaucoup participent. 

L’école nous a été d’une aide précieuse dans l’organisation. Je pense qu'il n'y aurait aucun intérêt à organiser un tel événement localement si nous ne comptions pas l’école parmi nos partenaires. Nous avons par ailleurs bénéficié d’un soutien important de la part de certains enseignants de l'école. 

D’où provient votre financement? Quel est votre budget? 
Le financement est surtout public : il vient du Fonds pour l'audiovisuel slovaque et du Fonds international de Visegrad. Les ambassades nous ont aussi donné de l’argent, ainsi que les institutions culturelles des pays d’origine de nos invités. D’autres partenaires nous fournissent des voitures et du matériel. 

Cette année, le budget était d’un peu plus de 20 000 euros, ce qui n'est pas beaucoup compte tenu du niveau atteint. J’aimerais insister sur le fait que nous sommes très reconnaissants envers nos stagiaires (nous avons créé une matière spéciale à l’école pour les stagiaires qui leur permet de gagner des points en nous apportant leur aide) et nos volontaires. Sans eux, il n’y aurait jamais eu de forum.

Je remarque que vous envisagez d'élargir l'initiative au-delà des pays du Groupe de Visegrad, dans les pays voisins. Avez-vous l'intention d'aller encore plus loin ?
Nous voulons effectivement élargir notre horizon pour la troisième édition. Le titre “Visegrad” signifie "quatre pays", mais nous ne voulions pas nous restreindre à cette région. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi des écoles très actives en dehors de cette zone [Bucarest, Zagreb, Ljubljana, Vilnius], pour renforcer la coopération internationale. À présent, Visegrad est simplement le cœur et le symbole d’une plus large coopération, étant donné que de plus en plus de pays d’Europe centrale et de l’Est commencent à partager une même culture.

Notre budget ne supporterait probablement pas une coopération géographique officielle plus étendue. Mais les participants sont les bienvenus, peu importe leurs pays d’origine. Cette année, nous avons eu des personnes originaires de plus de 15 pays différents. Les coûts de participation (accréditation, logement et administration) sont assez faibles à Bratislava, et comme nous sommes proches de l’aéroport de Vienne, on vient ici sans problème de n'importe où en Europe. 

(Traduit de l'anglais)

Newsletter

Bridging the Dragon

Follow us on

facebook twitter rss

CASI HECHO Home