Brimstone (2016)
El bar (2017)
Sage Femme (2017)
Fixeur (2016)
The Giant (2016)
Nocturama (2016)
Fiore (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

L'homme qui aimait les films en série

email print share on facebook share on twitter share on google+

Mike Marzuk • Réalisateur

par 

- Portrait du réalisateur allemand Mike Marzuk, célèbre pour la série de films Le Club des Cinq, dont il vient d'achever un nouveau volet

Mike Marzuk  • Réalisateur
Mike Marzuk (© Constantin Film Produktion GmbH)

Contrairement à nombre de cinéastes, le parcours qui a conduit Mike Marzuk au cinéma a été sinueux et fortuit. Le réalisateur, né en 1969 à Landsberg, en Bavière, avoue avoir été un mauvais élève : "Je suis passionné par la musique, pas les maths, mais je devais gagner ma vie, alors j'ai fait une formation dans l'hôtellerie. Après deux ans, j'ai décidé de devenir monteur de films, ce qui, selon moi, se rapprochait de la production musicale". Marzuk a poursuivi dans cette voie pendant deux ans, s'enfonçant petit à petit dans le monde du cinéma.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Il s'est ensuite laisser "glisser" – pour reprendre le mot qu'il emploie lui-même – dans la post-production. C'est là qu'il a contacté le réalisateur Markus Goller. À ce moment là, assure-t-il, il "ne projetai(t) pas du tout de devenir réalisateur", mais après de nombreuses soirées à discuter, la plupart du temps autour de quelques bières, l'idée est née de faire un film à petit budget sur… deux hommes en train de discuter ! "Nous avions écrit un scénario, en quelque sorte, explique Marzuk. Nous l'avons donné à quelqu'un, parce que nous ne savions pas du tout comment faire un film ! Notre projet de film, intitulé WWGW - Weisst Was Geil Wär...?! (litt. "Tu sais ce qui serait cool ?"), a attiré l'attention du producteur Andreas Smeaton de SamFilm. Il m'a ensuite donné l'opportunité de réaliser Summer, qui a eu beaucoup de succès et qui a été le début de notre collaboration. J'ai ensuite réalisé le film musical pour adolescents Rock It!, suivi du premier volet du Club des Cinq [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
. Nous venons de terminer le quatrième volet. Je me sens à ma place chez SamFilm, avec qui je fais de très bons films depuis huit ans".

Comme le dit le proverbe, il ne faut jamais travailler avec des enfants ou des animaux, mais allez le dire à Marzuk, qui en a fait une habitude ! En vérité, il adore ça : "Je pense être devenu l'homme de la situation ! Et puis nous faisons ce travail depuis longtemps, donc les enfants sont plus grands et plus professionnels – le chien aussi d'ailleurs ! Leur jeu est plus instinctif et authentique, ils font plus que jouer un rôle".

En tant que réalisateur, ce que Marzuk attend est "un bon scénario, qui soit émouvant. Il faut de l'humour aussi, et qu'il appelle le film, même si souvent, le résultat est bien différent de ce qu'on imagine au départ ! En tant que réalisateur, je préfère d'abord observer les acteurs et les corriger après, pas l'inverse. Avec les enfants, je les guide un peu au départ car il faut bien gérer son temps, parce qu'il y a des restrictions concernant leurs heures de travail. Les adultes ont plus de libertés ; les enfants en ont autant que possible".

D'après lui, la série des Club des Cinq est "une histoire d'amitié, émouvante pour tous, où l'on trouve beaucoup d'action. Je ne suis pas les dernières tendances en matière de divertissement familial. Je fais ces films en homme ordinaire, qui n'était pas obsédé par l'idée de faire ce métier, donc je suis détendu".

Marzuk travaille actuellement sur un autre film où le dialogue est primordial, qui s'inscrit dans la lignée du film culte The Breakfast Club, de John Hughes : "Ce film dispose d'une structure temporelle importante et peut supporter les longs dialogues. En effet, il n'est pas nécessaire que le montage d'un film soit toujours dans le style MTV ! Un scénario est terminé quand on ne peut plus rien enlever. Il en va de même pour le montage. Un film se divise en trois étapes : le scénario, la réalisation et le montage. En appliquant bien cette méthode, j'ai réussi à éviter les désastres, Dieu merci !"

Interrogé sur ses films préférés, Marzuk répond : "J'aime beaucoup Retour vers le futur. Ce film m'a touché, il est génial, marrant et les acteurs sont excellents. C'est mon film favori ! On peut voir qu'il y a un lien familial dans la production. J'ai la même relation avec SamFilm. Nous devons apprécier de travailler ensemble. Cela se ressent dans le produit final. Et il suffit de voir les réactions des enfants lors des avant-premières : ils adorent le film. Mon souhait est de divertir les gens et la qualité en est la clé. Nous faisons de notre mieux pour y arriver".

Même si les enfants du film grandissent, "un film familial reste un film familial. Nous ne voulons pas "vieillir" le public. Les scénarios sont plus sérieux que les précédents mais nous ne voulons pas nous répéter. Les acteurs ont également besoin de nouveaux défis et les méchants sont plus intéressants, surtout dans le dernier volet, où leurs méfaits ne s'arrêtent pas à voler les tuiles du toit !". Mais ce qui fait des Club des Cinq une saga aussi célèbre, c'est que "le thème de l'amitié reste intact, or un élément que l'on peut comprendre à tout âge et auquel on peut s'identifier".

(Traduit de l'anglais)

Newsletter

CASI HECHO Home

Follow us on

facebook twitter rss

Doc Spring