Sieranevada (2016)
Tom of Finland (2017)
Barrage (2017)
Eté 93 (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
The Young Lady (2016)
Réparer les vivants (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

"Comment les gens perçoivent-ils la solitude ?"

email print share on facebook share on twitter share on google+

Yorgos Lanthimos • Réalisateur

par 

- CANNES 2015 : En compétition à Cannes pour la première fois, le cinéaste grec Yorgos Lanthimos décrypte son très original film en langue anglaise The Lobster Cannes 2015 - Prix du jury

Yorgos Lanthimos  • Réalisateur

Prix Un Certain Regard sur la Croisette avec Canine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Yorgos Lanthimos
fiche film
]
en 2009, puis Osella du meilleur scénario à Venise avec Alps [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
en 2011, Yorgos Lanthimoss'est lancé dans le pari d'un grand film d'anticipation conceptuel avec The Lobster [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
Q&A : Yorgos Lanthimos
fiche film
]
(lire la critique), découvert en compétition au 68ème Festival de Cannes et dont il a donné quelques pistes d'interprétation à la presse internationale.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

D'où est venue l'idée du sujet de The Lobster et celle de rassembler un tel cast international ?
Yorgos Lanthimos : J'ai écrit mes trois derniers films avec Efthymis Filippou et dès la fin de chaque film, nous commençons à parler du prochain. Nous discutons de tout ce qui nous vient à l'esprit, des différents thèmes que nous voulons explorer, des histoires qui surgissent. Cette fois, nous souhaitions parler des relations humaines. C'est un peu le thème récurrent de mes films, mais nous souhaitions l'aborder peut-être de manière plus romantique. Quant aux interprètes, c'est lié à la décision de tourner le film en anglais. Après trois films en Grèce, le moment était venu de faire quelque chose de différent, de progresser en quelque sorte. C'est un peu limité de faire des films uniquement en Grèce. Donc, il y a quatre ans, je suis allé vivre en Angleterre avec l'idée de faire des films en anglais. Et lorsque j'en ai eu l'occasion, surtout avec ce film qui n'avait pas besoin d'être situé dans un pays spécifique, je me suis dit que je pouvais choisir des acteurs de n'importe quelle nationalité. J'ai eu de la chance parce que toutes les personnes avec qui je souhaitais travailler ont aimé le scénario et ont accepté. 

Dans le film, "qui se ressemble s'assemble", et c'est une question très actuelle dans nos sociétés. Vouliez-vous faire un pied de nez aux stéréotypes et affirmer la nécessité de la différence ?
Je ne veux pas exprimer de message en particulier. Je ne veux pas dire que les êtres humains sont ainsi ou autrement. Je veux explorer certains aspects, mais je ne me moque pas. Je ne tourne pas en dérision les règles qui nous sont imposées, les pressions qui s'exercent quand on est célibataire ou en couple, etc. J'essaie d'exploiter le thème du film : comment les gens perçoivent-ils la solitude ? Le film est structuré de telle façon qu'on peut effectivement se poser des questions. Le film nous pousse à nos poser des questions. Par exemple, pourquoi les pressions s'exercent-elles ? En réalité, c'est un débat ouvert et le film a plutôt pour but de susciter des questions que d'apporter des réponses. J'essaye de voir la façon dont s'organisent nos modes de vie. Faut-il se rebeller ? Doit-on se lancer dans de nouvelles relations ?

Avez-vous répété avant le tournage avec les acteurs ?
Non, on n'a pu les réunir assez tôt au même endroit. J'ai simplement fait en sorte qu'on ait assez de temps pendant le tournage pour qu'on réfléchisse bien aux scènes. Il y a quelque chose qui ne me plait pas, c'est d'utiliser beaucoup d'éclairage ou des plateaux très élaborées. Au contraire, je préfère consacrer beaucoup de temps avec les acteurs pour essayer d'aborder chaque scène de telle ou telle façon.

Quelles sont les influences du film ? On pense parfois à Fahrenheit 451 ?
J'ai vu ce film, mais il n'y a pas de référence particulière, même si j'admets que la série britannique The Hotel a été une influence. J'ai aussi regardé beaucoup de télé-réalité. Mais j'ai essayé de laisser de côté les influences pouvant venir d'autres films, autant que possible bien sûr car j'ai vu et j'admire tellement de films... Je suis davantage influencé par la philosophie et l'éthique de certains réalisateurs. Ce que je fait, c'est tenter d'assembler des détails pour qu'ils forment un tout. Je n'essaye pas trop de contrôler les choses, on les contrôle par les choix que l'on fait. Par exemple, il n'y a pas de description des personnages dans le scénario et quand je me suis demandé qui pourrait jouer tel rôle, cela pouvait être différent de ce que je pensais au départ. C'est juste instinctif.

Lire aussi

Newsletter

Emilia Romagna_site FR
Film Business Course

Follow us on

facebook twitter rss