Makala (2017)
The Square (2017)
120 battements par minute (2017)
You Were Never Really Here (2017)
In the Fade (2017)
Mise à mort du cerf sacré (2017)
Jeune femme (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

“L’industrie du film ukrainienne est dans une phase de réforme”

email print share on facebook share on twitter share on google+

Julia Sinkevych • Directrice exécutive, Festival du film d’Odessa

par 

- Cineuropa a rencontré Julia Sinkevych, la directrice exécutive du Festival international d’Odessa, pendant sa 7e édition

Julia Sinkevych  • Directrice exécutive, Festival du film d’Odessa

Vendredi dernier, Cineuropa a rencontré Julia Sinkevych, la directrice exécutive du Festival international du film d’Odessa, pour parler de la 7e edition de l’événement, qui s’est achevée à la fin du week-end, ainsi que de l’industrie du film ukrainienne et des dernières tendances en date de l’industrie.

Cineuropa : Cette 7e édition du Festival d’Odessa se termine. Comment se positionne-t-il par rapport à l’industrie du film ukrainienne et est-européenne ?
Julia Sinkevych
: Nous sommes un des festivals de cinéma principaux d’Ukraine, avec Kiev. Nous avons déjà enregistré 120 000 visiteurs, ce qui est beaucoup et fait de nous un des festivals les mieux achalandés de la région – et par région, j’entends Europe de l’Est. Nous espérons continuer dans la même voie et croître, mais il va nous falloir plus de temps et de ressources.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Nous sommes contents de constater que deux ans seulement après les événements qui ont secoués notre pays, alors que le conflit reste pregnant faute de résolution, de nombreux professionnels du monde entier viennent en Ukraine, s’intéressent à ce qui se passe chez nous et y trouvent des projets à produire, distribuer et passer dans leurs festivals. Cela nous fait plaisir, et on peut penser que c’est un bon signe pour la suite.

Cinq longs-métrages ukrainiens étaient en compétition cette année, et le festival a vendu 1,5 fois plus d’entrées pour les titres locaux qu’en 2015. Comment décririez-vous l’état de la production cinématographique en Ukraine ?
Au niveau international, notre cinéma n’est pas encore très connu. Le succès de The Tribe [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Myroslav Slaboshpytskiy est probablement le seul qui vienne à l’esprit. Au niveau des courts-métrages, on note que les films de nos jeunes auteurs sont très rafraîchissants, or ce sont eux qui feront le nouveau cinéma ukranien. Il est encore trop tôt pour parler de regain ; nous sommes dans une phase où la quantité va devoir se muer en qualité. De plus, l’industrie du film ukrainienne va bénéficier d’une réforme : un projet de loi est en cours d’élaboration et les aides publiques à la production ont augmenté cette année. Ces mesures pourraient nous permettre d’entrer dans une période plus faste et à nos réalisateurs de rester ici pour faire leurs films.

Le festival a accueilli plusieurs nouveautés cette année, notamment une section dédiée aux séries et une autre aux documentaires européens.
Cette année, nous avons décidé d’ajouter une nouvelle section compétitive destinée aux documentaires européens que nous allons garder dans notre programme. Nous proposons d’autres sections parallèles que nous faisons varier d’année en année pour répondre à la tendance et à ce qui intéresse le public. C’est le cas de la section dédiée aux séries télévisées, puisque c’est dans l’air du temps et que notre public connaît mieux les séries que les films, n’ayant pas beaucoup accès à des salles d’art et d’essai, alors que les séries sont disponibles en ligne et de très bonne qualité. Nous souhaitions aussi mettre en avant le fait que la production de séries en Ukraine progresse, tout en offrant au public l’expérience unique de voir des séries sur le grand écran.

Nous essayons de couvrir d’autres champs de la production. Côté industrie, nous organisons la Journée des médias numériques, qui met en avant les technologies les plus innovantes en lien avec l’industrie du film, ainsi que des clubs business, un programme artistique, une section, très populaire, qui s’appelle “Festival des festivals : séances spéciales”, et des avant-premières gala de films qui sortiront prochainement en Ukraine. Nous n’essayons pas d’avoir le plus de films possible, mais de faire grimper la qualité.

10 sur les 12 longs-métrages de la compétition internationale étaient cette année européens. Est-ce par choix ?
Pas vraiment. Notre objectif est de montrer des films de différents endroits du monde. Il est vrai que nous avons comme objectif secondaire de porter une attention particulière aux cinémas des pays voisins, comme la Géorgie, la Roumanie ou la Russie, mais l’idée de départ reste de montrer des films du monde entier. 

(Traduit de l'anglais)

Newsletter

Producers on the Move

Follow us on

facebook twitter rss

Filmitalia Cannes 2017