The Square (2017)
The Erlprince (2016)
Grain (2017)
Une femme douce (2017)
Scary Mother (2017)
120 battements par minute (2017)
Western (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

"Chaque génération invente ses propres idiots"

email print share on facebook share on twitter share on google+

Nae Caranfil • Réalisteur

par 

- Nae Caranfil évoque 6.9 on the Richter Scale, une comédie pleine de fraîcheur sur le sujet toujours délicat du politiquement correct

Nae Caranfil • Réalisteur

Depuis son premier film, E Pericoloso Sporgersi (1993), Nae Caranfil ne cesse d’explorer un nouveau genre à chaque film. Son septième long-métrage, 6.9 on the Richter Scale [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Nae Caranfil
fiche film
]
, est une comédie musicale qui rit de la société roumaine actuelle. Le réalisateur, également compositeur des musiques du film, évoque le défi que représentait le fait de faire une comédie musicale colorée dans un panorama cinématographique dominé par les drames minimalistes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Dans 6.9 on the Richter Scale, vous traitez de sujets difficiles (la crise de la quarantaine, les tremblements de terre) sur le ton de la comédie. La comédie peut-elle rire de tous les sujets ?
Nae Caranfil : Absolument. C’est de la nature de la comédie d’être irrévérencieuse, voire carrément provocante, et c’est pour cela que cela peut déranger les esprits simples. Je me rappelle un conseil qu’a reçu un jour le regretté Frank Daniel, scénariste hollywoodien et conseiller en écriture de scénarios : on peut se payer la tête du public sans aucun problème, tant qu’on est très clair sur ses intentions et qu’on les formule avec précision. Si c’est le cas, chaque spectateur gloussera devant le film, convaincu que l’objet de la moquerie, ce sont tous les autres et pas lui, parce qu’il a compris la blague. Au contraire, si on n’est pas clair, le même spectateur va se mettre en colère, parce qu’il ne comprendra pas qui se moque de qui et qu’il n’aime pas être pris de haut (c’est-à-dire pris pour un imbécile) par un film qu’il est allé voir au cinéma.

Qu’avez-vous à dire sur l’obsession actuelle avec le politiquement correct ?
Chaque génération invente ses propres idiots. Dans la vie, quand quelqu’un n’a rien à offrir au monde ou à lui-même, cette personne devient policée. S’engager dans l’armée, ou dans une utopie, ou dans un mouvement artistique ou encore une mode, cela donne l’illusion de compter, même si on n’est qu’un rouage dans un mécanisme qu’on ne comprend pas. L’expression "politiquement correct" repose sur la notion de "correction". Il faut se souvenir que sous le régime communiste, l’équivalent était "juste" ou "approprié". À bon entendeur, salut! (en français dans le texte, ndlt.).

Quelle a été la plus grande difficulté dans le projet 6.9 on the Richter Scale ? Et quel a été son aspect le plus satisfaisant ?L’aspect musical, dans les deux cas, c’est-à-dire écrire la musique (j’ai commandé pour cela un bureau spécial avec un tiroir coulissant où j’ai installé un clavier Yamaha), travailler sur les arrangements avec mes amis, les distingués Bogdan Dimitriu et Liviu Mănescu, les heures passées à enregistrer les chansons en les chantant moi-même pour que les acteurs sachent comment les interpréter dans le film, rencontrer le chorégraphe serbe Milan Gromilic, imaginer les numéros de danse, répéter en salle de danse, modifier la musique pour qu’elle colle bien à la chorégraphie et ensuite modifier la chorégraphie pour qu’elle s’accorde avec les changements apportés à la musique, et enfin tourner le dernier numéro musical (sur un plateau gelé sur lequel une danseuse s’est blessée le dernier jour du tournage, qui s’est achevé précisément une minute avant minuit pour respecter pile le calendrier).

L’automne dernier, deux comédies roumaines ont dépassé les 130 000 entrées. Pensez-vous que le genre est en train de faire son comeback en Roumanie ?
Le public roumain a-t-il jamais vraiment boudé la comédie (de qualité, s’entend) ? Pour moi, ce sont les réalisateurs qui l’ont boudée, et c’est pour cela qu’elle a frôlé l’extinction ici. Je suis sûr que le succès de ces films sortis l’automne dernier est un bon signe.

La sortie de votre film précédent, Closer to the Moon [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, a été affectée par le manque de promotion qui l’a entourée. Comment allez-vous vous redresser la barre pour Richter ?
Ce n’est pas moi qui m’occupe de la promotion de mes films. Je ne peux que me fier à l’enthousiasme et au professionnalisme de l’équipe Voodoo Films et prier pour que le public réponde à l’invitation.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Newsletter

Sarajevo Report
Locarno Report
Midpoint TV

Follow us on

facebook twitter rss