Une saison en France (2017)
Mademoiselle Paradis (2017)
A Ciambra (2017)
Thelma (2017)
Corps et âme (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
Razzia (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

EFA 2002 Tous les prix

email print share on facebook share on twitter share on google+

Almodovar parle européen

par 

- Pedro et son Parle avec elle gagne les prix pour le meilleur film, réalisateur et scénario. Meilleurs acteurs Castellitto et le casting de 8 Femmes. Le prix Fipresci à Ken Loach

Almodovar parle européen

«Désolé de dire ça, mais cette nuit est à moi seul!». Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, le prix du public. Pedro Almodovar est heureux d’avoir rempli son sac, mais il repousse l’idée d’une Europe qui s’identifie exclusivement à travers son nom. «Parmi les candidats il y avait des film de haut niveau» dit-il «et je suis fier de cela. Il faut dire aussi que 2002 a été une très bonne année pour le cinéma européen. Sauf pour l’Espagne: il y a eu des problèmes de production et les chaînes de télévision n’achètent pas les films nationaux. Et pourtant il y a une grande vitalité, c’est dans notre nature. On doit réaliser des films autrement on gaspille cette énergie». Pedro ne se rend pas. Et il pense au futur: «Je suis en train de préparer le casting de mon prochain film, La mala educaciòn, la préparation est prévue en janvier, et le tournage en avril. Mais mon plus grand rêve reste celui de réaliser un film en collaboration de deux grands européens : Tonino Guerra et Ingmar Bergman».

«Almodovar est bien plus qu’un simple réalisateur, il est ta conscience», affirme Victoria Abril «Avec Pedro j’ai fait trois films et j’ai perdu 6 kilos». L’actrice espagnole a été récompensée par l’European Academy pour son succès mondial. «J’ai commencé en Espagne, j’ai déménagé à Paris, j’ai tourné des films en Italie et au Portugal. Pendant vingt ans l’Europe a été mon marché. Mais à partir de maintenant je suis une actrice planétaire» plaisante-t-elle.
Pendant ce temps l’acteur européen 2002 parle italien. «Je suis heureux d’avoir été récompensé chez moi» affirme Sergio Castellitto, candidat pour son interprétation dans deux films : Comme il faut de Sandra Nettlebeck et Le sourire de ma mère de Marco Bellocchio. «Je le considère un point d’arrivée important. Ou alors un nouveau point de départ vers le cinéma de qualité». Tout comme Pedro Almodovar, Sergio Castellitto souligne les difficultés du cinéma européen : «La crise est réelle, évidente. Nous sommes tous tragiquement optimistes. L’Europe est unie non par l’économie mais par la culture, par la diversité de ses cultures. Mais les temps ont changé et nous avons des difficultés à relancer le cinéma comme art populaire. Même s’il y a des indices positifs et je considère un fait exceptionnel le succès d’un film comme celui de Marco Bellocchio». Une heure avant, dans son intervention transmise au cours de la cérémonie, Bernardo Bertolucci avait dit : «Il y a quelque chose de nouveau dans le paysage italien. Des ‘cocons’ qui ont révélé des films comme Respiro, L’empailleur, Angela. De nouvelles formes précieuses, comme l'invasion réalisé par Don Siegel.

(Traduit de l'italien)

Toronto Report
Jihlava
Focal Production Value
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss