The Square (2017)
Blue My Mind (2017)
Ni juge, ni soumise (2017)
The Charmer (2017)
Mademoiselle Paradis (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
One Step Behind the Seraphim (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

AUDIOVISUEL France

email print share on facebook share on twitter share on google+

Ménage en vue chez Canal+

par 

- La phase imminente de restructuration, comportera une réduction du personnel et des entités juridiques

Premiers indices de restructuration du groupe Canal+ avec le départ la semaine dernière de Richard Lenormand, directeur général de StudioCanal, et la remise début février d’un audit réalisé par la société de conseil Cap Gémini.
Annoncé depuis plusieurs mois, le départ de Richard Lenormand marque la fin d’une époque pour StudioCanal dont les ambitions sont revues à la baisse avec la production d’une quinzaine de longs-métrages par an contre 66 en 2001. Par ailleurs, l’équipe du studio continue à fondre: après Brahim Chioua, ancien directeur adjoint et responsable de la production parti en juillet dernier fonder Exception, Vincent Maraval qui l’a rejoint avec tous les membres de la structure de ventes internationales intégrée Wild Bunch, ainsi que Juliette Renaud, ancienne directrice des acquisitions de films étrangers, Isabelle Peyreffite a également quitté ses fonctions à la tête de Studio Images. Une véritable hémorragie qui pourrait voir StudioCanal qui comptait 350 salariés fondre jusqu’à 100 personnes.
Côté production, Xavier Couture, PDG du groupe Canal+ entend également limiter les pertes qui se seraient accumulées depuis 1997.
Au niveau global, la chaîne cryptée va bientôt entrer dans une phase de rationalisation qui risque d’entraîner un plan social qui serait le second après celui de juin 2001 (217 départs). Les conclusions d’un audit commandé à Cap Gemini circulent déjà en coulisses. Le groupe Canal+ serait composé de plus de 2000 entités juridiques que le rapport suggère de diviser par deux. Sur le plan des réductions de personnel, l’ampleur des dégâts dépendra de la réussite de la vente de la filiale de production audiovisuelle Expand.
Les professionnels du cinéma français, financé à 20-25 pour cent par Canal+, surveillent attentivement l’évolution d’une restructuration qui pourrait affecter toute la chaîne cinématographique. Une bonne nouvelle pour eux est cependant tombée le 21 janvier avec la suspension par le Conseil de la concurrence, de l'attribution à la chaîne cryptée des droits du football pour les saisons 2004 à 2007 pour lesquels Canal+ voulait investir 480 millions d’euros.

San Sebastian Report
Jihlava
Focal Production Value
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss