Tierra firme (2017)
La prière (2018)
Kissing Candice (2017)
L'Apparition (2018)
Gaspard va au mariage (2018)
Patser - Gangsta (2018)
Silent Night (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

SORTIES Roumanie

email print share on facebook share on twitter share on google+

Domestic : une touche de couleur dans la Nouvelle Vague roumaine

par 

- Le troisième long métrage d'Adrian Sitaru explore habilement les hauts et les bas de la cohabitation dans les grands ensembles, avec les animaux domestiques !

Domestic : une touche de couleur dans la Nouvelle Vague roumaine

Après Best Intentions [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, prix de la réalisation et de l'interprétation masculine (Bogdan Dumitrache) à Locarno, Adrian Sitaru passe du drame familial à la comédie dramatique de voisinage avec Domestic, un film haut en couleur, sur les écrans roumains depuis le week-end dernier. Ce titre largement ignoré des festivals du monde, sans doute pour sa saveur très locale; explore les aspects amusants et stressants de la vie dans les gros immeubles à Bucarest.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)IDW Supsi Internal

Domestic est un palimpseste des films précédents de Sitaru : il reprend des éléments de ses courts métrages plusieurs fois primés et les entrelace, fabriquant une matière complexe et complètement nouvelle. De ces travaux précédents, on retrouve aussi les acteurs, et même quelques personnages. Pour ceux qui connaissent son oeuvre, Domestic est la comédie humaine de Sitaru : il y observe les hommes en alternant, parfois un peu trop lestement, comédie et tragédie.

Le film suit trois familles résidant dans le grand immeuble sus-mentionné. Adrian Titieni joue le rôle de M. Lazar, enseignant et responsable de l'immeuble. Sa mission est de résoudre les problèmes des habitants de l'immeuble, or ceux-là viennent souvent des animaux domestiques des autres. Un couple, par exemple, a emménagé avec un chien mais ne l'accepte pas dans l'appartement et le laisse devant la porte, sur un tapis, ce qui choque énormément les autres résidents. Une réunion de voisinage est organisée et soudain, c'est le chaos – une scène qui donne à Sitaru l'occasion d'exprimer son grand talent pour ce qui est de créer des atmosphères et semer une pagaille charmante. Tous les présents parlent en même temps et, naturellement, l'assemblée n'arrive à aucune conclusion. Ce moment est aussi lloccasion parfaite pour faire connaissance avec deux autres personnages importants : Mihaies le chauffeur de taxi (l'excellent Gheorghe Ifrim) et Toni (Sergiu Costache), un jeune homme qui propose de résoudre le problème du chien, à sa manière.

Sitaru organise son film en tableaux. Parfois, la caméra reste fixe plusieurs minutes de suite, laissant les personnages se livrer à leurs conversations tantôt amusantes, tantôt tristes. Ces sont des tableaux de la vie domestique ; tout se passe en intérieur et on explore les petits soucis mesquins des familles concernées : il y a le problème de la cuisson d'une volaille et les membres de la famille Lazar qui se disputent le privilège de la découper, il y a la femme de Mihaies (Ioana Flora) qui cuisine un lapin que son fils Alin (interprété par le très prometteur Dan Hurduc) aurait aimer garder comme animal de compagnie, et pendant ce temps-là, il y a le chat de Lazar qui disparaît... L'histoire d'Ifrim est sans doute la plus intéressante de toutes : quand le petit Alin ramène à la maison un pigeon malade, son ivrogne de père, qui est aussi un ignare, ne pose sa bière bon marché qu'un instant, pour prédire la mort prochaine du nouveau compagnon de son fils. Plus tard, cependant, il montre que son coeur est aussi grand que sa panse en offrant une cage à Alin  pour qu'il y garde son pigeon.

Sitaru sort des canons sombres de la Nouvelle Vague roumaine en utilisant beaucoup de couleurs et de personnages très vivants; Même morts (l'un d'eux connaît en effet une mort tragique et se voit dédier une cérémonie d'enterrement surréaliste), ils remplissent l'écran d'émotion, de rires, de larmes, de dialogues agiles (comme quand Mihaies explique que les aliens sont des touristes venus du futur)... Les réactions de certains d'eux pourraient parfois sembler un peu artificielles, mais ils n'en sont pas moins attachants.

Domestic, produit par 4ProofFilm et lancé sur 24 écrans vendredi dernier, a pour le moment réalisé 5400 entrées. Ce relatif échec commercial (A Farewell to Fools [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Bogdan Dreyer, avec Gérard Depardieu et Harvey Keitel, lancé la semaine précédente sur 40 écrans, n'a fait que 3200 entrées) s'explique en partie par la bande-annonce décevante du film et le fait que la campagne de promotion a présenté Domestic comme une comédie. 

(Traduit de l'anglais)

WBI Berlinale
Swiss Films Shorts
EFM_HOME
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss