Muchos hijos, un mono y un castillo (2017)
Soleil battant (2017)
L'Usine de rien (2017)
Out (2017)
Corps et âme (2017)
Le Redoutable (2017)
Thelma (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

PRIX Allemagne/Suisse

email print share on facebook share on twitter share on google+

Le Deutscher Kamerapreis célèbre la Suisse

par 

- Lutz Konermann, Hansjörg Weissbrich, Bigna Tomschin et Renato Berta ont mis le cinéma suisse à l’honneur pendant la 24ème édition du prestigieux Deutscher Kamerapreis

Le Deutscher Kamerapreis célèbre la Suisse
Les lauréats du Deutscher Kamerapreis

La Suisse a connu un grand succès à Cologne, où quatre prix ont distingué le cinéma helvétique, dont un Prix d’honneur, attribué au grand directeur de la photographie suisse Renato Berta. La carrière de Berta a été jalonnée de collaborations remarquables avec de grands réalisateurs, dont Claude Chabrol, Éric Rohmer, Patrice Chéreau ou encore Manoel de Oliveira, Amos Gitaï et Alain Tanner. Avec ce dernier, il a fait ses premiers pas dans la “cour des grands”, travaillant comme directeur de la photographie sur six de ses films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Renato Berta a marqué le cinéma suisse ainsi que le panorama cinématographique européen par son style limpide et précis et par son regard unique, surtout à travers son travail avec les plus grands noms du Nouveau cinéma suisse, non seulement Tanner, mais aussi Goretta et Daniel Schmid. Ces 45 dernières années, son travail méticuleux et passionné sur des films devenus emblématiques, comme L’Homme blessé de Patrice Chéreau, ou Au revoir les enfants de Louis Malle (qui lui a valu un César de la meilleure photographie), a marqué de manière indélébile le cinéma européen.

Une autre distinction photographique a été remise, dans la catégorie “documentaires”, à Lutz Konermann, pour son travail dans My Name is Salt [+lire aussi :
bande-annonce
festival scope
fiche film
]
de Farida Pacha. Pour ce film, il a en effet suivi, caméra à l'épaule, la vie difficile des familles d’ouvriers indiens qui travaillent principalement dans l’extraction du sel dans des régions désertiques, quasi apocalyptiques. Le jury a voulu récompenser son regard puissant et riche, qui transcende “l’aridité” de ces paysages dépouillés, aux limites de l’aliénation.

L’Allemand Hansjörg Weissbrich a quant à lui triomphé dans la catégorie montage grâce à sa collaboration avec la réalisatrice suisse Petra Volpe sur le film Traumland (nominé plusieurs fois à la dernière édition des Prix du cinéma suisse).

Enfin, la jeune Bigna Tomschin a reçu un prix pour le montage de son film de fin d’études (à l’École supérieure d’art et de design de Zurich), Blue Blue Sky, nominé dans la catégorie “nouveaux talents”.

(Traduit de l'italien)

ArteKino
Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss