La Colère d'un homme patient (2016)
Orpheline (2016)
Félicité (2017)
Paris La Blanche (2016)
Waldstille (2016)
L'autre côté de l'espoir (2017)
Noces (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

VENISE 2014 Compétition

email print share on facebook share on twitter share on google+

Les âmes noires : portrait d'une famille de criminels

par 

- VENISE 2014 : Dans le film de Francesco Munzi, une guerre entre clans mafieux calabrais se propage et explose à travers les liens du sang, bousculant des dynamiques ancestrales.

Les âmes noires : portrait d'une famille de criminels

"La 'ndrangheta est la seule entreprise qui marche en Calabre", a dit un jour un artiste par provocation et par colère, un propos confirmé par une foule d'anthropologues qui ont raconté combien ce système qui, d'une mafia rurale, est devenu un "holding" criminel parmi les plus puissants au monde, est ancré dans la culture locale. Cet enracinement vient du fait que c'est un langage, un ancien système qui a été utilisé pour contenir la rébellion sociale du sud pauvre et qui, aujourd'hui, a changé de registre, de méthodes et de secteur d'activité, tout en gardant les mêmes codes et les mêmes mécanismes d'oppression.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La 'ndrangheta, plutôt délaissée par le cinéma à la faveur de la Mafia sicilienne et de la Camorra napolitaine, plus spectaculaires, a tout de même fait l'objet au fil des ans de quelques documentaires et fourni une toile de fond puissante à la fiction Il Sud è niente [+lire aussi :
critique
bande-annonce
festival scope
fiche film
]
de Fabio Mollo, un film chargé d'anxiété primé l'année dernière au Festival de Rome. La voilà cette fois au centre des Ames noires [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Francesco Munzi
fiche film
]
(Anime nere) de Francesco Munzi, un titre présenté en compétition à la Mostra de Venise qui a été acclamé ce matin par la presse et les professionnels.

Le film, tiré du livre éponyme de Giocchino Criaco mais transposé à nos jours (alors que le livre décrivait les années 1980), commence dans le port de Rotterdam, où des trafiquants de cocaïne colombiens et calabrais sont en train de négocier. On se retrouve ensuite à Milan. Comme le veulent les canons du genre film de mafieux, on voit bien comme l'argent sale est réinvesti dans le bâtiment, ce qui laisse imaginer le monde de corruption que tout cela cache, bien que les journaux en aient récemment dévoilé certains rouages. Petit à petit, les contours des personnages se précisent. Les gens avec lesquels on est en train de faire connaissance sont une famille de criminels : il y a d'une part Luigi, un trafiquant déterminé et impulsif, et Rocco, un homme en "col blanc" bien inséré dans la société milanaise. À distance, cette famille se heurte à une autre famille mafieuse à cause du neveu Leo, ce qui va les obliger à retourner dans leur village d'origine, Africo, un des lieux historiques de la 'ndrangheta, où vit encore Luciano, le troisième frère, l'aîné. Mais Luciano n'est pas comme ses deux frères. Depuis l'assassinat du père, plusieurs années avant, il vit dans sa bulle et ne s'intéresse qu'à ses chèvres et à la religion. Il va cependant devoir gérer la bombe à retardement qu'est son fils Leo, qui a vingt ans et voudrait aller à Milan pour devenir comme son oncle Luigi.

Le passage soudain de la grande ville industrielle à l'univers "primitif" de Luciano permet au réalisateur romain (primé à Venise en 2004 pour l'excellent Samir [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, son premier film) d'explorer de l'intérieur les dynamiques familiales dans ce milieu, où les femmes aussi (la mère restée veuve et les épouses) ont un rôle fondamental pour maintenir l'équilibre du clan. Les guerres entre clans vont finir par contaminer les liens du sang, bousculant fortement des dynamiques centenaires, comme dans le magnifique film The Funeral d'Abel Ferrara (qui a valu la Coupe Volpi de Venise à Chris Penn en 1996), dont l'action se situait dans le New York des années 1930. 

Le scénario a été co-écrit par Munzi avec Maurizio Braucci et feu Fabrizio Ruggirello, disparu prématurément. Les acteurs (Marco Leonardi, Peppino Mazzotta, Fabrizio Ferracane, Anna Ferruzzo et le débutant Giuseppe Fumo), excellents, évoluent avec aise dans les plans souvent complexes conçus par le réalisateur. Les âmes noires a été produit par Cinema Undici et Babe Films avec RAI Cinema. Il sortira dans les salles italiennes distribué par Good Films, et en France avec Bellissima

(Traduit de l'italien)

Lire aussi

Bridging the Dragon
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

CASI HECHO Home