Ava (2017)
120 battements par minute (2017)
Happy End (2017)
La Lune de Jupiter (2017)
The Square (2017)
Le Redoutable (2017)
A Ciambra (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

VENISE 2014 Venice Days

email print share on facebook share on twitter share on google+

Laurent Cantet présente Retour à Ithaque

par 

- VENISE 2014 : Après 7 jours à La Havane, Cantet observe cinq vieux amis cubains réunis sur une terrasse une nuit pour évoquer leur jeunesse et leurs idéaux

Laurent Cantet présente Retour à Ithaque

Deux ans après Foxfire [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Laurent Cantet
fiche film
]
, qui parlait d'un gang de filles, et après le film collectif 7 jours à La Havane [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, Laurent Cantet retourne à Cuba pour nous raconter les rêves perdus d'une génération, celle de la révolution. Retour à Ithaque [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Laurent Cantet
fiche film
]
, présenté dans la section Venice Days pendant la 71ème Mostra de Venise, se déroule entièrement sur une terrasse de La Havane où sont réunis cinq amis de très longue date une nuit, du crépuscule à l'aube, pour revenir sur les quarante dernières années. Alors que l'histoire se serait facilement prêtée à des reconstitutions et à des flashbacks, Cantet a fait le choix stylistique de le rapprocher d'une pièce de théâtre, parce que, dit-il, "on ne peut pas parler de Cuba sans donner la parole aux Cubains".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Tania, Eddy, Rafa, Aldo et Amadeo, qui ont tous une bonne cinquantaine d'années, se retrouvent ce soir-là pour fêter le retour du dernier, après 16 ans d'exil à Madrid, et très vite, on se retrouve en terre d'Amarcord : les cinq amis rient, dansent, boivent, regardent de vieilles photos et se souviennent de ce qu'ils étaient avant – de leurs rêves, de leurs passions, des bons moments passés ensemble, comme n'importe quel groupe d'amis liés depuis des années. Mais Cuba n'est pas n'importe quel lieu, et aux souvenirs de leur jeunesse se mêlent forcément celui des règles et des privations de la "période spéciale", quand il était interdit d'écouter les Beatles et que, deux mois par an, chaque citoyen devait aller travailler dans les champs.

L'aspect explicatif de certains dialogues du début est compensé, à mesure que le film avance, par une construction des personnages bien articulées : un des amis a cru à la révolution et continue d'y croire, un autre fait le choix de la corruption parce qu'il ne voulait pas qu'on "vole sa vie", un autre a renoncé à ses rêves, Tania a laissé partir ses enfants pour ne plus jamais les revoir, et celui qui est parti ne s'est jamais senti chez lui. Qu'est-ce qui est plus difficile : rester, partir, ou revenir ? C'est la question que semble se poser Cantet, qui a écrit le scénario à quatre mains, avec l'écrivain cubain Leonardo Padura. L’unique choix possible semble être de vaincre la peur, ce qu'Amadeo est décidé à faire, quand il annonce à ses camarades son retour définitif sur l'île. 

“Ce pays est une chose étrange qui ne sait pas où elle va", fait dire Cantet à un de ses personnages. Les cinq amis réunis sur la terrasse ont beau raconter, discuter, se disputer et s'expliquer toute la nuit, aucun ne connaît la réponse. Ce qui ne change pas ce soir-là, sur les toits de La Havane, ce qui demeure jusqu'à l'aube, c'est l'affection, l'amitié et la dignité d'avoir perdu la tête haute.

(Traduit de l'italien)

Lire aussi

Producers on the Move
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Swiss Films Cannes