Sage Femme (2017)
Bigfoot Junior (2017)
The Party (2017)
Western (2017)
Que Dios nos perdone (2016)
L'autre côté de l'espoir (2017)
Out (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

SORTIES Portugal

email print share on facebook share on twitter share on google+

Os Gatos Não Têm Vertigens : solitude et solidarité

par 

- Maria do Céu Guerra passe des planches à l'écran et tient le rôle principal dans le nouveau film d’António-Pedro Vasconcelos

Os Gatos Não Têm Vertigens : solitude et solidarité
Maria do Céu Guerra et João Jesus dans Os Gatos Não Têm Vertigens

Maria do Céu Guerre est une des actrices les plus célèbres du Portugal, en particulier  du fait de son impressionnante carrière théâtrale, loin de la télévision et du grand écran. Aujourd’hui, à 71 ans, après quelques incursions dans le Septième Art, l’actrice s'est finalement vu confier le rôle principal dans un film important, Os Gatos Não Têm Vertigens (litt. “Les chats n’ont pas le vertige”), qui sort cette semaine, et ce rôle lui va comme un gant.

Son talent donne en effet toute sa mesure dans ce film de António-Pedro Vasconcelos, où elle incarne Rosa, une veuve qui essaye d'échapper à la solitude en parlant au fantôme de son mari, récemment décédé (Nicolau Breyner). Sa condition s’améliore quand elle rencontre Jó (João Jesus), endormi sur son balcon. Jó a 18 ans, et son père, un homme violent, l’a mis à la porte. Rosa décide alors de l’accueillir, et une sorte d’intimité se développe entre les deux personnages qui déboussole tout le monde… sauf eux - la campagne promotionnelle du film le présente comme une sorte de Harold et Maude portugais.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vasconcelos passe résolument d'un genre à l'autre avec beaucoup d’aisance. Ses deux derniers films, Call Girl [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(2007) et Beauty and the Paparazz (2010), étaient respectivement un thriller et une comédie romantique. Avec Os Gatos Não Têm Vertigens, il revient au cinéma social qu'il avait déjà exploré en 1999 avec Jaime, sur le travail des enfants. Cette fois, à travers l'histoire, certes prévisible mais néanmoins très touchante, qu'il nous raconte, il aborde le sujet de l’implication personnelle en temps de crise.

Le scénario très efficace composé par Tiago Santos devient à l'écran un conte sur la solitude des personnes âgées et sur la solidarité entre les générations. Rosa est une femme qui a été arrêtée et torturée pendant la dictature. Quarante ans après, cette dame au corps vieilli continue de représenter tous les idéaux de liberté et de solidarité de la Révolution des Œillets, des idéaux qu'elle honore encore en aidant Jó, bien que 40 années de démocratie n’aient pas réussi à vraiment les mettre en oeuvre dans la société.

Aux côtés de la magistrale Maria do Céu Guerra, on trouve le très prometteur João Jesus, 23 ans. Dans ce qui est son premier film, il est tout à fait crédible, et passe sans difficulté du rôle de paria à celui de jeune auteur talentueux. La relation étroite qu’entretiennent les deux personnages conduit à une final très réussi. Le film accompagne véritablement le spectateur dans un parcours altruiste, pour un monde un peu plus équitable.

Os Gatos Não Têm Vertigens, produit par Tino Navarro pour MGN Filmes, arrive sur les écrans lusitaniens à un moment d'affluence particulier pour le cinéma national. Quatre autres films portugais sont au programme ce mois : Os Maias [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
Alentejo, AlentejoI Love Kuduro et Lacrau, le dernier film expérimental de João Vladimiro, quisort cette semaine dans un cinéma de Lisbonne.

Navarro, qui a également produit Sei Lá [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le film portugais le plus populaire de l'année à ce jour, espère qu’Os Gatos Não Têm Vertigens plaira tout autant au public.

(Traduit de l'espagnol)

Lire aussi

DPC
WBImages Locarno
Swiss Locarno
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss