Nocturama (2016)
Paris La Blanche (2016)
Félicité (2017)
Waldstille (2016)
L'autre côté de l'espoir (2017)
Noces (2016)
La Colère d'un homme patient (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

FILMS Espagne

email print share on facebook share on twitter share on google+

Loreak (Flores) : un bouquet de fleurs au bord de la route

par 

- Jose Mari Goenaga et Jon Garaño nous offrent un beau film émouvant et sincère sur la douleur, l’absence et le manque de communication, interprété par un trio d’actrices brillantes

Loreak (Flores) : un bouquet de fleurs au bord de la route
Nagore Aramburu dans Loreak (Flores)

À l’occasion du dernier Festival du Film de San Sebastián, de nombreux journalistes accrédités ont désapprouvé le fait que Loreak [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le second film de José Mari Goenaga et Jon Garaño, ne figurait pas au palmarès. Au cours de la conférence de presse organisée lors de sa présentation, on a également pu ressentir un vif désir de voir Itziar Aizpuru, l’une des principales interprètes du film, nominée aux prochains Goya. Aux côtés de Nagore Aramburu et Itziar Ituño,l’actrice interprète ici l’une des trois femmes malheureuses de ce long-métrage entièrement tourné en basque.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Par le passé, les deux réalisateurs avaient déjà collaboré avec Aizpuru sur leur long-métrage 80 jours [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 (2010), récit simple, sensible et engagé d’une relation lesbienne entre deux femmes (basques) d’un certain âge. Ce film particulièrement réussi avait été l’une de ces belles surprises qu’on ne voit que dans les festivals et dans les petits cinémas d’art et essai. Pour leur deuxième collaboration, Goenaga et Garaño ont joui d’un budget plus conséquent, d’une équipe particulièrement talentueuse et du soutien d’un festival d’envergure internationale, véritable tremplin qui leur a ouvert la porte à d’autres événements du même genre à Tokyo, Zurich ou bien Londres.

Actuellement dans les salles espagnoles, ce film marquera forcément l’esprit du spectateur enclin à prolonger sa réflexion après l’avoir vu, exactement comme Beñat, l’acteur principal, marque à jamais l’existence des trois femmes de sa vie : sa mère, une femme très respectueuse des traditions, une collègue de travail et enfin son épouse.  Ces dernières nous livrent ici le portrait de trois femmes que l’insatisfaction, la routine et le manque de communication rendent malheureuses. Il suffira d’un simple bouquet de fleurs pour remettre en question leurs vies confortables certes, mais tellement peu trépidantes. 

Les réalisateurs de Loreak en collaborationavec Aitor Arregi,se seraient inspirés d’une chanson de Cecilia, Un ramito de violetas (“Un Bouquet de violettes”) comme point de départ à l’écriture du scénario de ce film qui sait nous faire frissonner à la manière d’un de ces bouquets accrochés à un panneau aux abords d’un virage serré nous rappelant l’existence du danger. Comme dans cette chanson, le film, qui peut s’enorgueillir de la force des images de Javier Agirre, est enveloppé de mystère, et la douleur due à l’absence qu’évoquent ces fleurs déposées sur le bord de la route, imprègne cette atmosphère créée par une mise en scène particulièrement soignée. 

Tere, Ane et Lourdes, trois femmes dont les vies se croisent, traversent chacune leur tragédie personnelle à la manière d’un film de Kieslowski, nous engageant par leurs gestes et leurs silences à les découvrir, à les aimer, à comprendre leur plus profonde tristesse. C’est sans excès, sans mièvrerie, ni effet de manche, mais avec juste la bonne dose de sensibilité que le spectateur se retrouve à frémir d’admiration en assistant au jeu des trois actrices, totalement crédibles dans le rôle de ces femmes victimes de leurs propres vies dont ce simple bouquet de fleurs révèle bien plus qu’aucun mot ne saurait le faire. 

Loreak est une production conjointe d’Irusoin et Moriarti Produkzioak, soutenue par TVE, ETB et Euskaltel ainsi que par l’ICAA et le gouvernement basque. Il est distribué en Espagne par A Contracorriente Films, tandis que Film Factory Entertainment en assure les ventes à l’étranger. 

(Traduit de l'espagnol)

Lire aussi

Bridging the Dragon
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

CASI HECHO Home