La Lune de Jupiter (2017)
120 battements par minute (2017)
In the Fade (2017)
Jeune femme (2017)
Makala (2017)
A Ciambra (2017)
Happy End (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

SÉVILLE 2014

email print share on facebook share on twitter share on google+

Las altas presiones : la vie des autres

par 

- Angel Santos observe un homme contemporain qui regarde le monde à travers une caméra et envie le bonheur (improbable) des autres, en rentrant au pays

Las altas presiones : la vie des autres

Las altas presiones, le deuxième long métrage d'Angel Santos (après Dos fragmentos/Eva, 2011); présenté dans la section Nouvelles vagues du 11ème Festival du cinéma européen de Séville, nous invite à faire avec son héros un voyage physique et émotionnel. Ce dernier, Miguel, est incarné par l'acteur fétiche du cinéma alternatif espagnol, Andres Gertrudix, de retour au festival andalou après y avoir accompagné 10.000 noches en ninguna parte [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de Ramon Salazar. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Avec son regard intensément expressif, l'acteur participe de nouveau à un film où le paysage joue un rôle fortement symbolique (comme dans El árbol magnético [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Isabel Ayguavives
festival scope
fiche film
]
d'Isabel de Ayguavives, tout récemment). À partir d'un scénario co-écrit avec Miguel Gil, le Galicien Angel Santos ramène son personnage dans sa province natale, la Pontevedra, où la crise prend la forme d'usines fermées et de vastes paysages où le héros déambule sans savoir où il va, devant une caméra 16mm toujours statique – sauf dans quelques plans-séquences tournés au Portugal.

Miguel est un type apathique, désenchanté et perdu qui accepte de faire du repérage pour un film dont il n'est pas le réalisateur. À travers le viseur de la caméra qu'il utilise, il observe la vie des autres (qui lui semble parfaite et enviable, car sa vision est totalement éloignée de la réalité) tout en laissant passer la sienne sans jamais en reprendre les rènes. Miguel s'imagine dans le monde plus qu'il n'y participe, mais malgré ce qu'il croit, la vraie vie n'est pas une représentation. La sienne est faite de relations troubles avec les autres et d'indécision, et quand il fait enfin un pas dans une direction concrète, le moment est passé.

Las altas presiones, tourné en 18 jours avec un budget de 400 000 euros, a été monté par Fernando Franco, qui est aussi le réalisateur de La herida [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Fernando Franco - Réalisat…
festival scope
fiche film
]
, et que Santos a connu au festival du documentaire expérimental Punto de vista. La passion de ce dernier pour le documentaire est ici bien évidente, de même que son admiration pour des maîtres comme Maurice Pialat, Rivette, Bergman et Antonioni, mais aussi les écrivains Balzac et Bolaño, ou le peintre Toulouse-Lautrec (dont un des tableaux les plus connus apparaît dans le film de manière récurrente, comme par ubiquité).

Ces références renvoient à un cinéma minimaliste, intimiste et peuplé d'hommes balourds et de femmes intelligentes – car elles ne perdent pas d'occasions sentimentales, alors qu'ils essaient d'obtenir quelque chose qui n'existe même plus car le temps, comme le fleuve de l'oubli que visitent les personnages, balaie tout. 

Las altas presiones, produit par Matriuska Producciones, est un exemple de plus du cinéma intéressant et infiniment libre qui se fait en Galicie. Avant d'arriver à Séville, le film a fait son avant-première mondiale à Busan.

(Traduit de l'espagnol)

Lire aussi

Producers on the Move
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Italian Pavilion Cannes