Indivisibili (2016)
The Nile Hilton Incident (2017)
From the Balcony (2017)
Corps et âme (2017)
Eté 93 (2017)
Les Fantômes d'Ismaël (2017)
Park (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

VISIONS DU RÉEL 2015

email print share on facebook share on twitter share on google+

Jumping the Shadows : le salut d’un délinquant de l’East End londonien

par 

- Le film de Steven Blatter et Lorenzo Valmontone dresse un portrait très réaliste et poétique de l’incroyable personnage sensible qui oscille entre l’ombre et la lumière

Jumping the Shadows : le salut d’un délinquant de l’East End londonien

Le documentaire suisse Jumping The Shadows [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, de Steven Blatter et Lorenzo Valmontone, dont la première mondiale a eu lieu lors du récent festival Visions du Réel de Nyon dans la section Helvétiques, représente le parcours difficile et laborieux d’un gangster de l’East End londonien sauvé par le pouvoir mystique de la musique.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Wayne Paul s’est retrouvé exposé très jeune à un monde d’une extrême violence. Battu par son père et atteint d’un sévère bégaiement qui l’empêchait de s’intégrer au milieu social difficile dans lequel il a grandi, Wayne a dû lutter toute sa vie pour trouver sa place dans la société et par-dessus tout, vaincre ses démons intérieurs. Puis, sa vie bascule soudainement du jour au lendemain grâce à l’extraordinaire pouvoir de sa voix et à la chaleur émise par le groove sensuel de ses compositions. Après une adolescence marquée par la délinquance et la drogue, Wayne Paul parvient à se faire connaître sur la scène musicale, grâce à son charme hypnotique et à son attitude manifeste qui mélange son côté gangster et crooner. Cependant, même s’il a signé avec un très grand label, Big Dada di Ninja Tune, les démons de son passé ressurgissent et le font replonger dans la drogue. Cette rechute l’entraîne vers une vie de solitude et de paranoïa. Enfin, 2013 marque son retour avec la sortie de son album « Between the Lines », produit par Christophe Calpini, producteur suisse, qui a cru au talent de Wayne et à sa rédemption miraculeuse grâce à la musique.

Jumping The Shadows retrace le parcours d’un homme mystérieux, complexe et profondément sensible qui parvient à trouver la force de vivre malgré les blessures de son passé. Steven Blatter et Lorenzo Valmontone recréent, grâce aux images souvent douloureuses de l’usine urbaine de l’East End londonien, la complexité d’une personne à la fois fuyante et tourmentée émotionnellement en dépit de sa compassion. Les témoignages honnêtes et sincères de sa mère, de sa femme et de ses amis permettent au spectateur de se rapprocher de Wayne, jusqu’à devenir intime avec lui, mais également et surtout d’observer les difficultés (ainsi que les petites, mais très importantes réussites) d’une partie de la classe ouvrière de la société anglaise qui est trop souvent oubliée. Jumping the Shadows n’a pas vocation à être un documentaire sur la perversité du monde de la musique, mais plutôt un profond portrait (très) réaliste d’un homme qui, à sa manière, a réussi à trouver un but à sa vie, malgré un quotidien misérable (qui le tourmente encore) et les blessures d’un passé très proche qui le font toujours souffrir.

La caméra de Blatter et Valmontone suit cet homme fragile et au bord du gouffre de très près et en toute discrétion, mais avec élégance. Les nombreuses images qui présentent Wayne uniquement de dos ou face au miroir soulignent la dualité qui le hante, la lutte constante entre le bien et le mal, entre la violence et la tendresse. Son portait s’appuie principalement sur les témoignages de ses proches, comme si le plus profond de son être, peut-être trop complexe pour être sondé, était en réalité façonné par les fragments d’images et de paroles des personnes qui l’entourent, qui le respectent malgré ses erreurs passées.Jumping the Shadows, transforme le parcours de Wayne, en partie grâce à l’usage volontaire de ralentis, en un poème surréaliste avec une impression amère laissée par la proximité de la sagesse et d’une violence latente qui n’est jamais très loin. Ce documentaire est né de l’urgence du besoin d’être vu.

Jumping the Shadows est produit et distribué à travers le monde par Steven Blatter et Lorenzo Valmonton.

(Traduit de l'italien)

Lire aussi

Film Business Course
Festival Scope Quinzaine
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss