Rester vertical (2016)
6.9 on the Richter Scale (2016)
Callback (2016)
Sámi Blood (2016)
Grave (2016)
Belle Dormant (2016)
The Young Lady (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

ANALYSE Italie

email print share on facebook share on twitter share on google+

Anica 2014 : des investissements en baisse

par 

- L'Italie a produit plus de films, mais les coûts ont baisse, de même que les investissements étrangers. Chute également des recettes et des entrées (7%)

Anica 2014 : des investissements en baisse

Les investissements dans la production cinématographique ont baissé en Italie l'année dernière, passant de 334 à 323 millions d'euros, selon les chiffres que l'ANICA a présentés hier à Rome (télécharger le pdf). En 2014, 201 films ont été produits, contre 167 en 2013. Cela signifie que plus de films ont été réalisés mais pour des coûts moyens plus bas. Le nombre de productions 100% italiennes est passé de 137 à 180, mais les coproductions majoritaires ont été moins nombreux (passant de 17 à 14), de même que les productions minoritaires. Quant aux investissements étrangers, ils sont passés de 77 à 53 millions d'euros.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La part de marché du cinéma italien s'est également amincie. De stable qu'elle était à 27%, elle est passée à 25% cette année au premier trimestre (8% de moins qu'en 2014 pour la même période). "L'audiovisuel est un secteur qui doit mettre à jour ses modèles commerciaux", a commenté Nicola Borrelli, de la direction générale Cinéma près le Ministère de la Culture. Le ministre Dario Franceschini est également intervenu pour annoncer de nouveaux décrets concernant le cinéma, rappelant que les améliorations apportées aux crédits d'impôts pour les productions internationales sont en train de produire des résultats; 

Pour Riccardo Tozzi, le président de l'ANICA, le cinéma fait face à la forte concurrence des nouvelles séries télévisées, qui s'adressent à ceux qui ne vont jamais au cinéma, "mais ce sont les filles du cinéma, or elles le mettent au défi". La fragmentation des investissements n'aide pas. "Il est utopique de penser produire les mêmes films avec moins d'argent. Inévitablement, leur qualité baisse d'autant. Les recettes augmentent généralement proportionnellement aux investissements"; 

Francesca Cima, le président de la section Producteurs de l'ANICA, place son espoir dans les relations avec les chaînes de télévision, surtout les chaînes du service public : "les télévisions sont nos partenaires de production. Elles investissent de manière constante, mais il y a une carence de films à la télévision : le cinéma italien est en train de disparaître de l'éducation des citoyens". Andrea Occhipinti, le président de la section Distributeurs, a rappelé qu'il travaillait à un plan d'internationalisation pour faciliter les productions, qui chutent continuellement et sont plus difficiles à réaliser.

(Traduit de l'italien)

courgette oscar shortlist
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

suspi_2016_web300x250