Glory (2016)
One Step Behind the Seraphim (2017)
Mademoiselle Paradis (2017)
L'Usine de rien (2017)
A Ciambra (2017)
Corps et âme (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

CANNES 2015 Quinzaine des réalisateurs

email print share on facebook share on twitter share on google+

Fatima: Fenêtres et barrières au coeur de l'intégration

par 

- CANNES 2015 : Philippe Faucon signe une oeuvre émouvante sur la place dans la société française d'une immigrée de la première génération et de ses deux filles

Fatima: Fenêtres et barrières au coeur de l'intégration
Soria Zeroual dans Fatima

"C'est moi, c'est le foulard, elle m'a regardée de travers". Fatima, l'anti-héroïne stoïque du film éponyme dévoilé par Philippe Faucon à la Quinzaine des réalisateurs du 68ème Festival de CannesFatima [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Philippe Faucon
fiche film
]
, se pose des questions et s'angoisse. Car elle n'a pas les clés nécessaires pour décrypter la réalité, et même comprendre ses propres filles, Nesrine et Souad, 18 et 15 ans, qui ont grandi dans la société française. C'est le coeur de cette cellule familiale soudée et néanmoins séparée par les différences de générations et la barrière de la langue (l'arabe pour la mère, le français, voire l'argot, pour les filles) qu'ausculte Philippe Faucon avec minutie, délicatesse et un sens cinématographique très sûr allant droit à l'essentiel, sans fioritures, ni sentimentalisme. Une radiographie épurée d'un microcosme au féminin, du quotidien de l'intégration et de ses espérances, qui résonne largement dans le contexte hexagonal agité des débats frelatés sur l'immigration et qui offre un verso tendre et plutôt optimiste à l'opus précédent du réalisateur (La Désintégration [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et ses jeunes basculant dans le fondamentalisme).

"Mes filles vivent dans une société française et je ne parle pas français. Je suis dévalorisée et mes filles en souffrent." Fatima (Soria Zeroual), qui élève seule ses enfants, est le prototype de la mère aimante se sacrifiant pour sa progéniture ("on va t'aider, le ménage, ça ne me fait pas peur"). Debout avant l'aube pour aller nettoyer tel ou tel local, enchaînant par de belles demeures bourgeoises où elle est exploitée ("je ne peux vous déclarer que deux heures") et assurant l'ordinaire de sa maisonnée, elle soutient de son mieux son aînée, Nesrine (Zita Henrot), qui se lance dans des études de médecine. L'aidant à payer sa colocation, vendant pour cela ses bijoux, lui apportant à manger, la réconfortant, elle place en elle de grands espoirs ("on regarde tes mains, ce sont celles d'une dame, pas d'une femme de ménage"), ce qui met une pression énorme sur la jeune fille elle-même un peu complexée par ses origines ("il y a une distance, c'est un autre milieu, un autre monde"). Fatima est aussi complètement désemparée face à la rébellion adolescente de la cadette, Souad (Kenza Noah Aïche) qu'elle ne peut pas épauler sur le plan scolaire et qui méprise sa mère ("- Tu feras des ménages comme moi - Jamais, plutôt voler!", "Elle nettoie la merde des autres"). Le tout dans un climat nourri par la jalousie des voisines et par des traditions prégnantes ("ici, les gens parlent, il faut calculer chaque geste, chaque parole", "- Si tu rencontres un garçon, il faudra me le dire - T'as peur de quoi ? Qu'il ne soit pas musulman ?"), mais qui ont de moins en moins de sens pour les filles.

En dressant un portrait très émouvant de cette mère rongée par la peur de l'échec de ses enfants qui la renvoie à sa vie de labeur ingrat, Philippe Faucon examine avec beaucoup d'acuité le principe des vases communicants entre générations ("là où un parent est blessé, il y a des enfants en colère") et le rôle primordial de la maîtrise des codes de communication pour s'intégrer dans la société, en première lieu la langue, cette langue française que Fatima (qui écrit la nuit son journal en arabe) va se mettre à apprendre pour s'ouvrir les fenêtres d'une nouvelle liberté.

Adaptation par le réalisateur de Prière à la lune et de Enfin, je peux marcher seule !de Fatima Elayoubi, Fatima a été produit par Istiqlal Films avec le Canada. Le long métrage sera distribué le 7 octobre en France par Pyramide qui pilote aussi les ventes internationales.

Lire aussi

Jihlava
San Sebastián Full
Focal Production Value
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss