La Belle et la meute (2017)
Corps et âme (2017)
Handia (2017)
Valley of Shadows (2017)
Laissez bronzer les cadavres (2017)
I Am Not a Witch (2017)
The Square (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

CANNES 2015 Palmarès

email print share on facebook share on twitter share on google+

Palme d’Or pour Jacques Audiard et Grand Prix pour Le Fils de Saul

par 

- CANNES 2015 : Dheepan s’impose sur la Croisette devant les films de László Nemes et de Yorgos Lanthimos, favoris de la rédaction de Cineuropa qui repartent chacun avec une récompense prestigieuse

Palme d’Or pour Jacques Audiard et Grand Prix pour Le Fils de Saul
Jacques Audiard avec sa Palme d'Or (© Anne-Christine Poujoulat)

La 68e édition du Festival de Cannes s’est achevée ce dimanche en dévoilant son palmarès qui a consacré Jacques Audiard avec une Palme d’Or surprise pour Dheepan - L’homme qui n’aimait plus la guerre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
Q&A : Jacques Audiard
fiche film
]
(lire la critique). "Je remercie Michael Haneke de ne pas avoir tourné cette année", ironise le réalisateur français qui en a profité pour témoigner son respect pour les frères Dardenne tout en soulignant l’honneur de cette récompense suprême après ses deux prix précédemment remportés au festival de Cannes en 1996 (prix du scénario pour Un héros très discret) et en 2009 avec Un Prophète [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Jacques Audiard
interview : Jacques Audiard et Tahar R…
fiche film
]
qui lui avait valu un grand prix du jury alors que beaucoup lui prédisaient la Palme. Six années plus tard, les prédictions ne penchaient pas en faveur de son dernier film qui a néanmoins été favorisé par le jury international.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le vainqueur du Grand Prix, c’est le Hongrois László Nemes qui, pour sa première participation à Cannes, a livré le film le plus puissant du festival : Le Fils de Saul [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
Q&A : László Nemes
interview : László Rajk
fiche film
]
(lire la critique). "J’ai essayé de parler d’un sujet grave à ma génération toujours hantée par ces évènements et j’ai voulu le faire en pellicule parce qu’il est important que ce support ne disparaisse pas. On peut encore tourner et projeter en pellicule !"

Le jury présidé par les cinéastes américains Joel et Ethan Coen a remis son prix au génial et décalé The Lobster [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
Q&A : Yorgos Lanthimos
fiche film
]
du réalisateur grec Yorgos Lanthimos (lire la critique). Après un détour par Venise, Lanthimos revient à Cannes 6 ans après avoir remporté Un Certain Regard avec Canine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Yorgos Lanthimos
fiche film
]
. Il reçoit pour la première fois les honneurs de la compétition officielle.

L’acteur français Vincent Lindon remporte le prix d’interprétation masculine pour La Loi du Marché [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Stéphane Brizé
fiche film
]
de Stéphane Brizé (lire la critique). "C’est la première fois que je reçois un prix dans ma vie", déclare l’acteur vétéran saisi par l’émotion.

Rooney Mara (de retour à New York) et Emmanuelle Bercot (revenue sur la Croisette) partagent un prix d’interprétation féminine ex-aequo, l’une pour son rôle dans Carol [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Todd Haynes et l’autre pour sa prestation dans le film d’une autre actrice/réalisatrice, la française Maïwenn (Mon Roi [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
lire la critique [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
). Deux prix pour deux rôles de femmes amoureuses. 

Le Prix du Scénario a également créé la surprise lorsqu’il a été décerné au Mexicain Michel Franco. L’auteur et réalisateur de Chronic [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
a confessé que l’origine du film réside dans sa rencontre cannoise avec l’acteur anglais Tim Roth qui lui avait remis le prix du Certain Regard avant d’entamer avec lui une collaboration engagée sur ce film.

La Caméra d’Or est en partie européenne, mais majoritairement colombienne puisqu’elle a été attribuée à La tierra y la sombra [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de César Augusto Acevedo, une coproduction entre la Colombie, la France, les Pays-Bas, le Chili et le Brésil, choisie à la Semaine de la Critique parmi les 26 premières oeuvres présentées au cours du festival.

Parmi le reste des lauréats non européens, notons que le prix de la mise en scène a très justement été décerné au Taïwanais Hou Hsiao-Hsien (7e participation cannoise et un prix du jury il y a 22 ans) pour son travail d’orfèvre sur The Assassin. La Palme d’Or du film court revient au Libanais Ely Dagher pour son film d’animation Waves’98.

Palme d'Or: Dheepan, Jacques Audiard
Grand Prix: Son of Saul, László Nemes
Prix de la mise en scène: Hou Hsiao Hsien, The Assassin
Prix d'interprétation féminine: Rooney Mara, Carol, et Emmanuelle Bercot, Mon roi
Prix d'interprétation masculine: Vincent Lindon, La loi du marché
Prix du meilleur scénario: Chronic, Michel Franco
Prix du Jury: The Lobster, Yorgos Lanthimos

Caméra d'Or: La Terre et l'ombre, César Augusto Acevedo

Palme d'Or du court métrage: Waves 98, Ely Dagher

Astra
EPI Distribution
LIM
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss