The Square (2017)
Mademoiselle Paradis (2017)
One Step Behind the Seraphim (2017)
L'Usine de rien (2017)
A Ciambra (2017)
Corps et âme (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

CANNES 2002 Compétition

email print share on facebook share on twitter share on google+

Futur européen pour Loach

par 

- Le réalisateur anglais présente Sweet sixteen : «L'espoir pour mon cinéma est dans les coproductions»

Futur européen pour Loach

Un Ken Loach très polémique accompagne son film, Sweet sixteen au Festival. Le film est en compétition mais il n´a pas encore trouvé une société qui le distribue sur le sol britannique. Dans Sweet sixteen le protagoniste est Liam, un garçon issu d´une classe populaire, qui est à la recherche d´une opportunité. Pour construire un futur pour lui et pour sa famille il ne trouve pas mieux à a faire que de devenir dealer.
L´interprète de Liam est Martin Compston, un très jeune débutant de Glasgow, qui parle avec un accent impossible. «La semaine dernière j´étais chez moi à Greencock - a-t´il dit - et maintenant je suis à Cannes. C´est formidable».Sa véritable activité est le football, en deuxième division écossaise, et le premier jour de tournage il ne voulait même pas se présenter sur le plateau. Mais il s´est révélé un acteur de grand talent pour cette histoire, un mélodrame social dur.
«Le personnage de Liam est un garçon intelligent. Plein d´imagination et de courage - explique Ken Loach - et s´il était issu d´un autre milieu social il irait à l´Université. Mais il fait partie des 99% des jeunes qui, en Ecosse, où 40.000 enfants sont exclus chaque année des écoles, arrêtent bien avant ».
Selon Loach les responsables de cette situation sont flagrants : la dictature du libre marché et l´absence d´un gouvernement compétent. «D´autre part, l´idée d´Europe qui est en train de s´affirmer - conclut le réalisateur - est celle d´un marché unique où l´on peut déplacer sans difficulté les travailleurs et où les industries peuvent s´établir là où la main-d´œuvre est moins coûteuse».
Mais Loach encore très déçu par les difficultés que son film rencontre en Grande Bretagne affirme, péremptoire: «Le gouvernement maintenant n´a plus d´argent pour des films comme le mien. Le seul moyen de garder ma liberté - il conclu - c´est de trouver différentes sources de financements pour mes films, avec des partenaires européens, comme le fait la maison de production de Wenders,`Roadmovies´».

(Traduit de l'italien)

Jihlava
San Sebastián Full
Focal Production Value
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss