Makala (2017)
The Square (2017)
120 battements par minute (2017)
You Were Never Really Here (2017)
In the Fade (2017)
Mise à mort du cerf sacré (2017)
Jeune femme (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

VENISE 2015 Semaine de la Critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

Motherland: face à face entre communauté traditionnelle et individu moderne

par 

- VENISE 2015: Senem Tüzen a concouru pour le Lion du Futur avec cette coproduction de la Turquie et de la Grèce, située dans un village de l’Anatolie, où se confrontent une fille et sa mère

Motherland: face à face entre communauté traditionnelle et individu moderne
Esra Bezen Bilgin dans Motherland

La Turque Senem Tüzen offre un nouveau regard sur la relation mère-enfant dans son premier long-métrage, Motherland [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, présenté dans le cadre de la Semaine de la Critique du 72ème Festival de Venise.

Nesrin est une jeune citadine divorcée qui décide de retourner au village de sa grand-mère, au fin fond de l’Anatolie, afin de terminer son roman. Un jour, sa mère, Halise, arrive de façon inattendue avec l’intention de ne pas laisser sa fille seule. Cela paralyse complètement l’inspiration de celle-ci et transforme le village tout entier en prison aux yeux de Nesrin. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’écrivain et réalisatrice donne ici la preuve d’une grande dextérité narrative. Bien que peu innovante, elle combine de façon convaincante ses éléments tout en faisant croître la tension. A l’absence de lumières artificielles et de couleurs vives dans le film, s’ajoutent le choix d’un scénario   dépouillé et resserré, la reconstruction des espaces et des portes, ainsi que la promiscuité d’une chambre qui ne laisse pas respirer Nesrin, qui tel un lion dans sa cage cède presque par chantage affectif à la compassion pour sa mère. La connivence entre Ezra Bezen Bilgin et Nihal Kodas est efficace et nous offre des moments d’une grande puissance, comme cette scène où Halise pleure de façon incontrôlable.

La cohabitation est impossible entre les deux personnages: malgré l’affection et l’amour, ils incarnent deux lignes de fuite opposées, qui représentent peut-être un problème particulièrement délicat dans la Turquie actuelle, à cheval entre deux mondes et deux époques. D’un côté, la mère est comme un poisson dans l’eau dans l’environnement communautaire et profondément religieux du village, elle s’entend avec les voisines et recourt aux rituels et à la tradition pour résoudre les problèmes. De l’autre côté, la fille sent  qu’elle perd pied dans cet environnement, lutte pour s’affirmer - pas seulement à travers son rêve de devenir écrivain, trouve l’amitié dans la pécheresse marginale et méprisée par les habitants du village et voit, dans la fuite, l’unique moyen de résoudre les conflits. Cependant, il est impossible de fuir dans cette confrontation entre modernité et communautarisme. Où faut-il aller?

Motherland est une coproduction de la société turque Zela Film et de la société grecque 2/35.

(Traduit de l'espagnol)

Lire aussi

Producers on the Move
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Swiss Films Cannes