Sieranevada (2016)
The Party (2017)
Eté 93 (2017)
Tom of Finland (2017)
Barrage (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
Réparer les vivants (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

CINEAST 2015

email print share on facebook share on twitter share on google+

Family Film : étude captivante d'une famille en crise

par 

- Le 2ème long-métrage d'un des jeunes réalisateurs tchèques les plus prometteurs du moment, un titre audacieux sur le plan formel, a été projeté au festival luxembourgeois CinEast

Family Film : étude captivante d'une famille en crise

Le jeune talent de la réalisation Olmo Omerzu s'est fait remarquer dès son film de fin d'études, A Night Too Young [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Jiří Konečný
festival scope
fiche film
]
, un titre de 65 minutes qui a été sélectionné en 2012 dans la section Forum du Festival de Berlin. Né en Slovénie, formé à la célèbre FAMU de Prague, Omerzu avait impressionné par ce travail dont les personnages étaient deux garçons qui deviennent adolescents trop tôt, en présence d'adultes frivoles. Le même talent se retrouve dans son deuxième long-métrage, Family Film [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Olmo Omerzu
fiche film
]
, également coproduit par cinq pays. Le film ne déçoit vraiment pas les attentes, qui étaient hautes. Après son avant-première à San Sebastian, il a été sélectionné à Cottbus et Tokyo, et le voilà à présent au festival luxembourgeois CinEast

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le titre du film laisse entendre d'emblée à quel genre il appartient, et quels sont son décor et son thème. On suit ici une famille tchèque d'un rang social plus élevé que la moyenne qui vit dans un appartement spacieux mais bien organisé. C'est là que se passe la majeure partie du film. La place importante qu'a cet espace unique, cette scène de théâtre en quelque sorte, témoigne de la confiance en soi du réalisateur et de celle qu'il a accordée aux acteurs – également à juste titre. 

Au début du film, les parents laissent leurs enfants, respectivement au lycée et à la fac, seuls à la maison, parce qu'ils ont décidé de s'offrir des vacances au soleil avant Noël. Naturellement, ils les surveillent de loin en passant des appels vidéos, et tout semble bien se passer jusqu'à ce que les absences du fils à l'école deviennent problématiques, et causent une petite crise familiale dont le spectateur doit comprendre lui-même les raisons. Une autre situation difficile se présente ensuite, quand les enfants cessent d'avoir des nouvelles des parents. Un membre de leur famille va alors devoir intervenir pour régler les deux soucis. 

Les choses ne vont pas s'arranger pour autant, au contraire, la situation va tourner à la crise la plus complète. Cependant, l'intrigue étant subtile, le film ne bascule jamais dans le vrai drame malgré les nombreuses occasions de le faire. Dès la première séquence, la tension dans cette famille est étudiée avec détachement et froideur, ce qui rappelle l'angle de l'étude des dynamiques de groupe qu'adoptait déjà le premier film d'Omerzu. Le détachement accru n'empêche pas l'histoire d'être captivante, il en change simplement le rythme.

L'approche inventive qu'ont choisie Omerzu et son co-scénariste Nebojša Pop-Tasić pour raconter une autre histoire de famille ajoute à l'intérêt du film. Le jeune réalisateur prend vraiment des risques, comme celui de quitter totalement l'appartement et l'intrigue pour suivre le chien de la famille, Ottik, quand il décide de faire une fugue. L'aspect documentaire du film est alors bien exploité, tandis qu'on file l'animal pendant sa balade de survivant, balade qui survient à un moment critique du récit et se présente comme une parabole transposée au chien qui ajoute du piquant à la structure asymétrique assez fascinante du film. 

Cette structure accidentée ne détourne cependant pas du coeur du film. Au contraire,  elle en renforce l'impact, prouvant du même coup que dans toute sa hardiesse formelle, Omerzu est bel et bien un cinéaste plein de maturité. 

Family Film a été produit par Endorfilm (République tchèque) en coproduction avec 42Film (Allemagne), Arsmedia (Slovénie), Rouge International (France), Punkchart Films (Slovaquie) et la Télévision tchèque. Il a reçu le soutien d'Eurimages, du Fonds cinéma de République tchèque, du Fonds audiovisuel slovaque, du Centre de la cinématographie de Slovénie, du fonds régional allemand MDM Mitteldeutsche Medienförderung et du Programme MEDIA. Les ventes internationales du film sont assurées par Cercamon.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Emilia Romagna_site FR
Odessa site
Film Business Course
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss