L'Usine de rien (2017)
The Charmer (2017)
Mademoiselle Paradis (2017)
One Step Behind the Seraphim (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
The Square (2017)
Corps et âme (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

TURIN 2015

email print share on facebook share on twitter share on google+

La felicità è un sistema complesso: le retour de Gianni Zanasi

par 

- 7 ans après Non pensarci, le réalisateur a retrouvé Mastandrea, Battiston et Celio pour son nouveau film, présenté à Turin

La felicità è un sistema complesso: le retour de Gianni Zanasi
Hadas Yaron et Valerio Mastandrea dans une scène de La felicità è un sistema complesso

Des relations père/fils et des entreprises : sept ans après Non pensarci, [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
Gianni Zanasi aborde une nouvelle fois le sujet des entreprises familiales, avec leurs héritiers incapables et leurs menaces de licenciement, dans La felicità è un sistema complesso [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Gianni Zanasi
interview : Valerio Mastandrea
fiche film
]
. Ce nouveau film, au programme du 33ème Torino Film Festival, adopte cependant une perspective différente : cette fois, le personnage de Valerio Mastandrea observe cette réalité de l'extérieur. Enrico Giusti travaille en effet pour un important cabinet d'avocats et sa mission est de se rapprocher de chefs d'entreprise incompétents pour les convaincre d'abandonner leur affaire avant qu'elle ne tombe en faillite. La plupart du temps, il s'agit de fils qui ont hérité de l'entreprise familiale - Alberto Nardini, le personnage qu'interprétait Battiston dans Non pensarci, aurait par exemple pu être un client. Giuseppe Battiston joue ici le fils tête en l'air d'Enrico (Teco Celio), c'est-à-dire de nouveau un fils qui se trouve face à l'image imposante de son père.

Enrico est très habile, il sait persuader, et pour produire des résultats, il est prêt à tout : si le dirigeant qu'il doit évincer est un fêtard, il est capable de passer douze heures à danser en boîte de nuit avec lui. Quand il en a fini avec eux, tous ces fils à papa n'ont qu'une envie : signer et refaire leur vie au bout du monde. Tout change quand une automobile finit dans l'eau et qu'une femme arrive dans l'appartement d' Enrico. Un accident coûte la vie à un couple de dirigeants d'entreprise qui laissent derrière eux deux enfants : Filippo et Camilla, 18 et 13 ans (Filippo De Carli et Camilla Martini, pour la première fois à l'écran). C'est à Enrico que revient ce dossier délicat, qui consiste à empêcher que les deux orphelins adolescents ne prennent la tête du grand groupe industriel de leurs parents. Dans le même temps, Achrinoam (l'actrice israélienne encensée Hadas Yaron), la petite amie que vient de quitter son frère Nicola, n'a pas d'autre endroit où aller que chez Enrico. Cette femme étrange qui dort par terre dans son salon va le forcer à se regarder en face, lui, cet homme de 40 ans qui fait la guerre à la nouvelle économie pour éviter de traiter ses problèmes à lui. De leur côté, les deux adolescents, déterminés à ne pas faire "ce que nos parents n'auraient pas fait", ne montrent aucune intention de céder leur entreprise ou de supprimer des postes. Pour la première fois, Enrico va passer dans le camp adverse.

“J'approfondis ici les thèmes que j'ai toujours abordés, depuis mon premier film : la nécessité du changement, mais aussi son ambiguïté, parce qu'il ne dépend pas que de nous", a expliqué le réalisateur après la projection du film à Turin. Par rapport à ses travaux précédents, ce nouveau film de Zanasi présente une trame mieux articulée et une esthétique plus travaillée, mais on y retrouve la même ironie et la même immédiateté, au niveau des personnages comme des dialogues. La musique est parfois envahissante (prenant toute la place, comme dans un clip, au lieu de renforcer), mais elle sert bel et bien de véhicule aux émotions. "Je travaille avec mes tripes, assure le réalisateur. Je crois en l'excès, pas en la soustraction". Le film, avec ses petits airs anarchiques, représente exactement cette intention, et c'est aussi pour cela que le cinéma de Zanasi vaut toujours la peine.

La felicità è un sistema complesso a été produit par Rita Rognoni pour Pupkin Production et Beppe Caschetto pour IBC Movie avec Rai Cinema, la contribution du Ministère de la Culture italien et le soutien de la Commission du film du Trentin. BiM lancera le film sur les écrans transalpins le 26 novembre. Ses ventes internationales sont assurées par Rai Com.

(Traduit de l'italien)

Lire aussi

San Sebastian Report
Jihlava
Focal Production Value
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss