Glory (2016)
The Party (2017)
Que Dios nos perdone (2016)
Out (2017)
L'autre côté de l'espoir (2017)
Sage Femme (2017)
Une vie (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

ROTTERDAM 2016

email print share on facebook share on twitter share on google+

Identicals : complexe et époustoufflant

par 

- Jonathan Glazer a allumé une flamme SF avec Under the Skin ; Simon Pummell la maintient vive

Identicals : complexe et époustoufflant
Lachlan Nieboer dans Identicals

Cette 45e édition du Festival international de Rotterdam aura témoigné de l'esprit d'innovation dont ont fait preuve ensemble le Fonds cinéma des Pays-Bas et l'IFB-Irish Film Board : History’s Future [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Fiona Tan
fiche film
]
, qui brise les conventions, et le brillant Mammal [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
ont porté haut les couleurs des deux institutions en début de festival, et voici la coproduction anglo-irlando-hollandaise Identicals [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 qui prend le relai, dans la section Perspectives.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce thriller de l'ère du numérique, scénarisé et réalisé par Simon Pummell, raconte l'histoire d'un couple aimant qui se retrouve déchiré par l'entreprise Brand New-U, une corporation américaine sordide qui transforme les gens en "identiques" (des individus dont la conscience a été effacée) avant de les projeter de nouveau dans une vie complètement refaçonnée – comme le soulignent les premières images, au moment où le générique de début tressaute et se dissout pour laisser apparaître un visage féminin à travers une sorte de scanner biométrique, tandis qu'une voix interroge sans cesse "Et que croyons-nous ?", ce à quoi elle répond : "Qu'il y a une vie meilleure pour nous. Quelqu'un d'autre. Ailleurs".

C'est ainsi qu'on est propulsés dans un conte futuriste palpitant qui enfonce sa lame effilée au coeur même des problèmes les plus graves de notre temps. On y décèle la peur "vieux monde" du "rêve américain" du commerce qui est bien ancrée dans nos vies de tous les jours. Le film dénonce aussi cette culture envahissante du grand amour et des sites de rencontres. Sauf que le projet, qui est comme une croix sombre entre une mise à jour Microsoft et l'épuration sociale et idéologique, ne fonctionne pas aussi aisément que la mystérieuse organisation du film le souhaiterait.

En effet, le motif de la mémoire inextinguible refait surface (façon The Eternal Sunshine of the Spotless Mind) tandis qu'on voit un homme reprogrammé essayer à grand peine de s'accrocher à son identité antérieure et de retrouver la femme qu'il aime. On retrouve dans sa quête mille références du genre, de 1984 à la dystopie du Black Mirror de Charlie Brooker et de la trilogie Matrix des Wachowski.

Cependant, l'approche de Pummell sait rester fraîche et il parvient très bien à rendre le motif "vision du futur sous l'angle de l'avant-garde" auquel Jonathan Glazer a récemment fait honneur avec Under the Skin [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Jonathan Glazer
fiche film
]
, sans pour autant copier – car Pummell porte vraiment son film dans une direction différente. Les décors sont formidables, qui opposent des cadres presque gothiques à des architectures follement modernes et des pièces rouges à la Sirk, et les éclairages sont extraordinaires.

Le montage elliptique qu'on remarque particulièrement au début du film contribue également à aspirer le spectateur dans cette spirale et à l'entraîner de l'autre côté du miroir tandis qu'il assiste à la descente du personnage dans l'enfer de la folie jusqu'à se retrouver, à la fin du film, prisonnier de cet univers grouillant de doubles moqueurs et de sa logique troublante comme celle d'un rêve, ce qui s'avère étrangement plaisant.. Et peut-être pas si loin de la réalité, alors que des scientifiques britanniques viennent d'annoncer le premier essai de modification de l'embryon...

Les ventes de Identicals (dont le titre original est Brand New-U) sont gérées par The Match Factory.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Emilia Romagna_site FR
Film Business Course
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss