Rester vertical (2016)
6.9 on the Richter Scale (2016)
Callback (2016)
Sámi Blood (2016)
Grave (2016)
Belle Dormant (2016)
The Young Lady (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

FILMS Espagne

email print share on facebook share on twitter share on google+

Capitán Kóblic : quand on se fuit soi-même

par 

- La star argentine Ricardo Darín et l’Espagnole Inma Cuesta sont les héros de ce western de Sebastián Borensztein qui réfléchit sur la difficulté d’exorciser les erreurs du passé

Capitán Kóblic : quand on se fuit soi-même
Ricardo Darín dans Capitán Kóblic

Le film hispano-argentin Capitán Kóblic [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Sebastián Borensztein, en compétition au dernier Festival du cinéma espagnol de Malaga, y a remporté deux prix : meilleur acteur dans un second rôle (Oscar Martínez) et meilleure photographie (Rodrigo Pulpeiro) – lire l’article). Ce nouveau film du réalisateur argentin d’Un cuento chino [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
réunit deux formidables acteurs, toujours efficaces et crédibles : Ricardo Darín (récemment récompensé d’un Goya pour Truman [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
film focus
interview : Cesc Gay
fiche film
]
) et Inma Cuesta, qui savoure encore le succès de La novia [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Paula Ortiz
fiche film
]
et Julieta [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
Q&A : Pedro Almodovar
fiche film
]
, encore plus apprécié des publics italien et français qu’en Espagne.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Capitán Kóblic, tourné dans les paysages infinis mais aussi mélancoliques de la pampa, suit le personnage titre (Darín) dans ses efforts pour laisser derrière lui un passé très lourd qui lui revient à l’esprit régulièrement, et douloureusement, sous forme de flashbacks qui scandent le rythme lent du film, qui correspond parfaitement au milieu rural où se déroule l’action. Ce décor, qui ne va pas sans son lot de bassesses, de corruption et de misère, est aussi un entre-deux, un espace où le temps semble suspendu et où Tomás Kóblic espère se purifier, expier sa faute et renaître en tant qu’être humain, avec sa dignité.

C’est sans compter sur le fait que, dans ce désert survolé par un petit avion à fumigènes (dont le spectateur va découvrir toute la dimension symbolique), notre héros trouve un rival (Martínez) qui non seulement le ramène à ce passé qu’il fuit, mais essaie aussi de le lui faire payer. Le militaire fait également la connaissance d’une femme (Cuesta) tourmentée par une tragique biographie dont les tentacules infames arrivent jusqu’au présent. En trouvant en elle une âme soeur sensible qu’il peut aider à libérer du joug du passé, Kóblic va réussir à se défaire de son propre sentiment de culpabilité.

Borensztein parvient, à travers une mise en scène qui contre les clichés de carte postale (et il n’est pas facile de ne pas se laisser tenter par de tels décors naturels), à construire un film en forme de western moderne, avec sa trame où les antagonismes sont clairement démarqués, sans négliger pour autant l’élément historique et politique de son message : que des atrocités comme celles qui ont été commises pendant la dictature militaire de Videla en Argentine ne doivent pas se reproduire. Aborder un sujet aussi grave, incommode et douloureux (comme l’a fait récemment pour le Chili Patricio Guzmán à travers le documentaire Le Bouton de nacre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) à partir d’un film de genre sans exagérations, qui n’utilise la violence qu’à bon escient par rapport au sujet, est résolument le fait d’un cinéaste qui contrôle parfaitement les clefs du western, et qui a su s’entourer d’une troupe très harmonieuse au sein de laquelle l’Andalouse Cuesta (quoique née à Valence) se fond en adoptant de manière très convaincante l’accent de l’Argentine l’intérieur.

Capitán Kóblic a été produit par Pampa Films, Gloriamundi Producciones, Telefe, Direct TV, Endemol Shine Argentina et Atresmedia Cine. Son distributeur espagnol est DeAPlaneta.

(Traduit de l'espagnol)

Lire aussi

courgette oscar shortlist
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

suspi_2016_web300x250