Glory (2016)
Waves (2016)
María (y los demás) (2016)
Baccalauréat (2016)
United States of Love (2016)
Personal Shopper (2016)
Zoology (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

VENISE 2016 Orizzonti

email print share on facebook share on twitter share on google+

Il più grande sogno : un rêve devient réalité dans la banlieue romaine

par 

- VENISE 2016 : Le “banlieusard” Mirko Frezza interprète un personnage très proche de lui-même dans le premier long-métrage de Michele Vannucci

Il più grande sogno : un rêve devient réalité dans la banlieue romaine
Mirko Frezza dans Il più grande sogno

Quand un auteur trouve une histoire ou un personnage qui ne lui quitte pas l’esprit, il le cultive, le bichonne, le développpe, en somme il le fait sien. Souvent, c’est l’histoire ou le personnage qui prend possession du réalisateur ou du scénariste. Michele Vannucci, qui vient de présenter son premier long-métrage, Il più grande sogno [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Michele Vannucci
fiche film
]
(“le plus grand rêve”), en compétition dans la section Orizzonti de la Mostra de Venise, a rencontré Mirko Frezza en 2012, en faisant le casting de son court-métrage de fin d’études de réalisation au Centro Sperimentale de Rome. D’emblée, il a compris que quelque chose d’important venait d’entrer dans sa vie. Cet homme de 40 ans au physique imposant, avec ses cheveux longs, sa barbe de hipster,  ses tatouages tribaux et ses yeux pénétrants, avait une histoire à raconter : la sienne. Un passé difficile dans la banlieue de Rome, une femme, trois enfants, une mère et un père à charge. Il a été élu président de quartier et il a ouvert un centre social.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Cine Iberoamericano Int

De son côté, après six courts-métrages de fiction, cinq documentaires et un moyen-métrage, en 2015, Vannucci a réalisé le court-métrage Una storia normale, dont s’inspire Il più grande sogno, produit par Giovanni Pompili pour Kino, en collaboration avec Laser Film et Upupa et avec le soutien de la Commission du film Rome-Latium ainsi que la contribution du Ministère de la Culture.

Mirko Frezza interprète donc un personnage très proche de lui : un homme à peine sorti de prison qui retourne dans sa banlieue et cherche à se refaire une vie, possiblement honnête. Ce n’est pas chose facile quand on a un père criminel (Vittorio Viviani) et que la tentation de replonger le guette à tous les coins de rue. À ses côtés, il a une femme qui l’aime (Milena Mancini), mais sa fille aînée Michelle (Ginevra De Carolis)l’accuse d’avoir abandonné les siens et de n’être revenu que pour retomber dans le crime. Cependant, Mirko, “plus grand que la vie”, et qui n’arrête jamais de parler et de bouger, va se retrouver, à sa grande surprise, élu président du comité de quartier. Alors, il va employer toute son énergie vers ce “grand rêve” : celui d’aider les gens à se réhabiliter en se servant de son expérience d’ex-délinquant.

Dans le film, Mirko Frezza donne notamment la réplique à Alessandro Borghi, le Vittorio de Non essere cattivo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(projeté hors-compétition à la Mostra l’année dernière), un des jeunes acteurs italiens les plus prometteurs du moment. 

(Traduit de l'italien)

Lire aussi

Seneca's Day Lithuania
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Home Sweet Home