Glory (2016)
Waves (2016)
María (y los demás) (2016)
Baccalauréat (2016)
United States of Love (2016)
Personal Shopper (2016)
Zoology (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

MONTRÉAL 2016

email print share on facebook share on twitter share on google+

The Constitution : aspirer à l’égalité

par 

- Dans ce film de Rajko Grlic, un enseignant croate récite la constitution à un policier serbe dans le but de remercier sa femme, qui lui a donné des soins médicaux lorsqu’il en avait besoin

The Constitution : aspirer à l’égalité
Dejan Acimovic dans The Constitution

Le réalisateur Rajko Grlic et son ami de longue date Ante Tomić ont écrit ensemble le scénario controversé de The Constitution [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Rajko Grlić
fiche film
]
, une coproduction entre la Croatie, la Slovénie, le Royaume-Uni et la République tchèque qui a gagné le Grand prix des Amériques du 40e Festival des Films du Monde de Montréal. Leur intention première était d’adapter le film de Tomić The Miracle in Viper’s Glen, mais devant le peu de fonds reçus du Centre audiovisuel croate, ils ont décidé de développer un nouveau récit, moins exigeant en termes de budget. Après avoir entendu la chanson de Mary Gauthier Drag Queens in Limousines, Tomić savait déjà que l’histoire de son film tournerait autour d’un personnage travesti.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Cine Iberoamericano Int

Vjeko (Nebojsa Glogovac) est un enseignant croate dans la cinquantaine qui est depuis longtemps ridiculisé et marginalisé pour son homosexualité. Le seul moyen pour lui de s’échapper est d’enfiler sa robe favorite et de se rappeler les bons moments passés avec feu son fiancé, arraché à lui par une mort douloureuse et prématurée. Longtemps opprimé par un père indigent et bourru qui n’a jamais accepté son homosexualité, Vjeko l’a à présent à sa charge, une occasion de lui rappeler toutes les épreuves qu’il lui a fait subir au cours de sa vie. Une nuit, alors qu’il se promène dans les rues de Zagreb vêtu en Katarina, il est attaqué par un groupe d’homophobes haineux et transporté aux urgences, où vient le trouver sa voisine, Maja (Ksenija Marinkovic). Les jours suivants, celle-ci va l’aider à se remettre sur pied et le remplacer au chevet de son père, amputé des deux jambes. Pour la remercier, Vjeko accepte de lire la constitution croate au mari dyslexique de Maja, Ante (Dejan Acimovic), qui doit passer un examen pour conserver son emploi de policier. Vjeko étant croate, il n’est pas sans préjugés à l’égard d’Ante, en raison de ses origines serbes. Cependant, en apprenant à se connaître, les deux hommes vont petit à petit comprendre la véritable signification de la constitution croate.

The Constitution est un film dénonciateur qui aborde une série de problèmes sociaux, politiques et ethniques qui restent délicats dans les pays d’ex-Yougoslavie. Vjeko est un courageux enseignant et un bon ami, mais après avoir prétendu être une personne qu’il n’est pas afin d’éviter les agressions physiques et la marginalisation, il est devenu un humain amer et excessivement cynique. Ante et Majo sont un couple à court d’argent qui cherche à tout prix à obtenir les autorisations nécessaires pour adopter un enfant. Ils vivent tous dans le même immeuble, mais ils ont chacun un passé et une façon de voir la vie qui diffèrent – une métaphore parfaite de la Croatie moderne. L’arrogance et les préjugés au cœur du film sont indiqués comme étant les causes principales de la fragilité de cette société fondée sur la colère et la haine. Même les personnes les plus gentilles en sont victimes et, plutôt que de s’occuper des vrais dangers, représentés dans ce film par un dégénéré qui tue des chiens avec des saucisses empoisonnées, ils finissent par intimider et opprimer les honnêtes gens. 

Aborder un sujet aussi délicat que la brutalité envers les minorités aurait pu donner lieu à un film mièvre conçu pour tirer des larmes au public, mais Grlic a réussi à peindre un tableau de sa société sans tomber dans la pédanterie ou le ton didactique. Le film, produit par Ivan Maloča pour Interfilm (Zagreb), promet de générer quelques polémiques dans son pays.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Seneca's Day Lithuania
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Home Sweet Home