La Fille inconnue (2016)
Baccalauréat (2016)
María (y los demás) (2016)
United States of Love (2016)
Waves (2016)
Il più grande sogno (2016)
American Honey (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

LONDRES 2016

email print share on facebook share on twitter share on google+

Layla M. : un drame intègre et courageux sur l’islam radical

par 

- Présenté en compétition officielle du Festival de Londres, le dernier film de Mijke De Jong parvient à allier avec finesse une étude de l’islamisation aux difficultés du passage à l’âge adulte

Layla M. : un drame intègre et courageux sur l’islam radical
Ilias Addab et Nora El Koussour dans Layla M.

La réalisatrice néerlandaise Mijke De Jong revient avec Layla M. [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, un film fortement politique qui écho le contexte actuel aux Pays-Bas et en Europe. Le film, présenté en compétition officielle du 60e Festival de Londres, et qui a également été sélectionné au Festival de Toronto plus tôt cette année, se concentre sur le personnage de Layla M, interprété par Nora El Koussour, une jeune fille néerlandaise de 18 ans aux origines marocaines convaincue par un islam de plus en plus radical.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Cine Iberoamericano Int

La scène d’ouverture annonce la couleur: Layla, voilée, arbitre le match de football du club de son père, et se dispute avec l’entraineur de l’équipe d’en face qu’elle accuse d’islamophobie en quittant le terrain. Les traits de personnalité de Layla se dévoilent rapidement dans les premières scènes du film: elle est brillante, comme le témoigne sa réussite scolaire, mais aussi très opiniâtre. Convaincue d’être rejetée de la société dans laquelle elle a pourtant grandi, elle commence à s’intéresser de son plein gré à un islam politique fondamentaliste.

De Jong, qui a également co-écrit le scénario, renverse rapidement des préconceptions que l’on peut avoir de l’islamisation: Layla est dans un premier temps une pré-adulte diamétralement indépendante et consciente de ses choix, et porte le niqab volontairement par provocation politique. Elle tente même, en vain, d’endiguer dans sa lutte son grand frère, partisan, lui, d’un islam non politique. La conception de l’islam de Layla repose avant tout sur la privation de liberté des musulmans aux Pays-Bas ainsi que sur les injustices commises par l’Occident à l’étranger; les vidéos plus ou moins fiables sur les conflits en Palestine et en Syrie l’indignent, et réagir apparait à ses yeux comme nécessaire.

Une scène d’une remarquable intensité change la tonalité du film: une équipe du raid néerlandais interpelle un par un les membres de son groupe extrémiste lors d’un match de football. La caméra au poing dynamique de Danny Elsen, par ailleurs totalement maitrisée tout au long du film, parvient à rendre compte d’une scène aussi noir par sa couleur que par son contenu. Après cet événement, Layla se radicalise définitivement. Son mariage, organisé en quelques jours, lui permettra d’échapper à l’étreinte de ses parents, extrêmement sévères mais aussi impuissants face à la situation, tout en respectant sa vision de l’Islam.

Ce qui est remarquable dans Layla M., c’est la justesse de tonalité que Mijke de Jong parvient à trouver à propos d’un contexte politique des plus complexes. Nous n’éprouvons pas de haine pour cette jeune fille en quête d’identité, mais De Jong ne nous laisse aucune possibilité d’avoir de la pitié non plus. Les motivations de Layla et sa vision du monde sont tangibles et sont le résultat d’un environnement sociétal et social complexe sur lequel il est difficile d’intervenir. La réalisatrice de Bluebird nous prouve ainsi avec une force et un courage prodigieux la possibilité de représenter neutralement et sans jugement un problème générationnel d’une ampleur inédite.

Produit par Topkapi Films et co-produit par Chromosom Filmproduktion, Menuet bvba, Schiwago Film et Imaginarium Films (Jordanie), Layla M. a également reçu le soutien de Eurimages et du Netherlands Film Funds. Le film, vendu à l’étranger par Beta Cinema, est toujours disponible à la distribution au Royaume-Uni.

Notre couverture du 60e BFI London Film Festival est réalisée en collaboration avec le MA in Film Studies, Programming and Curation de la National Film and Television School (Royaume-Uni).

Lire aussi

Seneca's Day Lithuania
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Les Arcs