Corps et âme (2017)
La Belle et la meute (2017)
The Square (2017)
Laissez bronzer les cadavres (2017)
Handia (2017)
Valley of Shadows (2017)
Spoor (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

ARRAS 2016

email print share on facebook share on twitter share on google+

Bienvenus ! : comment faire fortune avec 50 réfugiés ?

par 

- Le Norvégien Rune Denstad Langlo signe une comédie intelligente, modeste et tendre sur la tolérance et l'accueil des immigrés

Bienvenus ! : comment faire fortune avec 50 réfugiés ?

"Maintenant, c'est le chaos complet!". Chiites, sunnites, druzes libanais Irakiens, Syriens, Russes, protestant éthiopien, hindous, bouddhistes, ressortissants du Burundi, etc. Au total, 50 réfugiés encombrent les couloirs et les chambres de l'ex hôtel Nøro, un établissement déglingué et perdu en pleine nature au Nord de la Norvège, tenu par Primus, un local désargenté au racisme basique dont l'appât du gain est la seule motivation pour créer ici un centre de réfugiés. Tels sont les ingrédients initiaux de Bienvenus ! [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Rune Denstad Langlo
fiche film
]
de Rune Denstad Langlo, le 3ème long du cinéaste norvégien après Nord [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Rune Denstad Langlo
fiche film
]
(Label Europa Cinemas et prix FIPRESCI au Panorama de la Berlinale 2009) et Chasing the Wind [+lire aussi :
bande-annonce
festival scope
fiche film
]
(2013).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Projeté cette semaine en compétition au 17ème Arras Film Festival, ce nouvel opus d'un réalisateur aimant travailler sur le fil d'un humour réaliste contenu et teinté d'un brin de mélancolie se confronte cette fois à une actualité délicate, celle de l'immigration, un sujet qui ne cesse de faire des vagues en Europe, alimentant les frictions entre le sens de l'hospitalité et de l'entraide et les relents nationalistes nourris de peur de l'inconnu et de racisme aveugle. Un terreau ayant déjà donné lieu à moult drames cinématographiques et dont le traitement comique peut facilement prêter aux dérapages, de la caricature à l'angélisme. Des écueils que Rune Denstad Langloesquive assez habilement,sans renoncer à porter un regard bienveillant sur ses personnages, mais sans chercher non plus à dramatiser, se contentant depetites touchesdiscrètespourrappeler la cruauté des événements ayant poussé les migrants à l'exil.

Plutôt que de porter un regard "moralisateur", le cinéaste s'attache à filmer à hauteur humaine la relation "contrainte" s'instaurant entre son protagoniste Primus (l'excellent Anders Baasmo Christiansen - déjà tête d'affiche de Nord et à son avantage récemment dans The King's Choice [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Erik Poppe
fiche film
]
), et tous ces "basanés" comme il les appelle au début du film et qui sont censés lui rapporter 100 000 couronnes chacun par an ("nous allons devenir millionnaires"; ça paie plus que les touristes") s'il réussit à faire homologuer son établissement comme centre de réfugiés. Mais la tâche s'avère évidemment loin d'être aisée et Primus, qui n'est pas méchant, mais juste étroit d'esprit et bourré de préjugés ("ce ne sera pas du gâteau: drogues, viol, terrorisme...") devra mettre de l'eau dans son vin dans ses échanges avec les migrants. S'instaure donc progressivement une forme de cogestion (non sans heurts) afin d'améliorer le quotidien, un rapprochement qui tend à Primus un miroir sur sa propre existence ("tu n'as pas d'amis, ta femme et ta fille te rejettent, les réfugiés te haïssent. Seuls tes parents t'aimaient et ils sont morts")... 

Parsemé d'amusantes péripéties très terre à terre (la répartition dans les chambres, les négociations pour éviter de satisfaire ou pour accepter les revendications des réfugiés, l'électricité qui saute, etc.), Bienvenus ! parvient à transmettre avec efficacité son message humaniste, veillant à faire sourire dans une juste mesure et sans débordement outranciers, car ce qui est derrière le film ne prête évidemment pas à rire aux éclats. Un équilibre qui en fait un film accessible à tous les publics et qui est agrémenté par une mise en scène très fluide, le directeur de la photographie Philip Øgaard apportant notamment son écot à ce long métrage produit par Motlys et qui sera distribué en France le 7 décembre par Eurozoom.

Lire aussi

WTW Documentaries
EPI Distribution
LIM
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss