Le Fidèle (2017)
Silent Night (2017)
Tierra firme (2017)
La Lune de Jupiter (2017)
Meda or the Not So Bright Side of Things (2017)
Euthanizer (2017)
Western (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

MALAGA 2017

email print share on facebook share on twitter share on google+

Brava : vers le côté obscur

par 

- Dans son second film, Roser Aguilar a eu l’audace de raconter comment un acte violent peut changer le cours de la vie rangée d’une femme, l’emmenant sur des sentiers sinueux et inespérés

Brava : vers le côté obscur
Laia Marull dans Brava

Il n’est pas simple de comprendre Janine, la protagoniste de Brava [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Roser Aguilar
fiche film
]
, second long-métrage de Roser Aguilar, présenté mondialement au 20e Festival de Malaga – Cine en Español lors duquel il a suscité le débat et provoqué malaise et dégoût. Le premier projet de la cinéaste catalane, Lo mejor de mí [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, a été sélectionné à Locarno. L’actrice principale, Marian Álvarez (qui est passée par Malaga pour présenter La niebla y la doncella [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Andrés M. Koppel
fiche film
]
) a remporté le Léopard d’argent de la meilleure actrice du concours.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

C’est à une autre actrice aux multiples casquettes, Laia Marull, que revient la lourde tâche de porter la totalité du conflit qu’Aguilar dissèque dans Brava. Cette dernière interprète un personnage aussi complexe, ambigu, brisé et dur que celui de Nathalie Poza dans No sé decir adiós [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Lino Escalera
fiche film
]
 : cela laisse entrevoir la possibilité d’une confrontation entre les deux actrices pour le Biznaga d’argent, le prix de la meilleure actrice du Festival de Malaga. La gagnante de trois Goyas (pour Fugitivas, Ne dis rien et Pain Noir [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) interprète dans Brava le rôle d’une femme aisée dont les vies professionnelle et privée sont stables, mais routinières. Une nuit, alors qu’elle rentrait chez elle, elle est témoin de l’agression d’une dame par deux jeunes hommes. Courageuse, Janine attire leur attention, les arrêtant dans leur élan. Cependant, les agresseurs se mettent à la suivre et l’attaquent violemment, jusqu’à ce qu’ils décident de changer à nouveau de victime.

Que ferions-nous face à une situation aussi terrible ? Fuir ? Tenter d’affronter les agresseurs ? Risquer notre vie ? Aguilar et Alejandro Hernández (Amours Cannibales [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Manuel Martín Cuenca
fiche film
]
), son collègue d’écriture, ont décidé d’accompagner la protagoniste dans sa quête de solution pour apprendre à vivre avec ce qu’elle a vécu. Et ce périple est pour le moins angoissant.

Roser nous emmène dans ces abîmes, marqués par l’élégance et le calme, à mesure que la caméra suit avec légèreté et rythme le personnage de Marull : après la stupeur, nous assistons à son envie de fuir. Mais que fuit-elle ? Cette ambiguïté et le fait d’ignorer où va cette femme brisée, déconcertée et troublée provoque parfois l’indifférence du spectateur qui, poussé par le besoin de ‘’comprendre’’ cherche à expliquer de manière logique des comportements malades ou qui semblent simplement opposés au devenir normal d’une personne adulte.

Janine tente de survivre en se réfugiant dans la douceur du foyer de son enfance, situé sur la magnifique Costa Brava, mais la peur, la culpabilité, la douleur et le chaos qui la consument l’emmèneront dans un endroit loin d’être paisible, qu’elle ne pouvait imaginer. Roser Aguilar a eu l’audace de transposer à l’écran un dilemme moral aussi épineux bien que certains spectateurs ne tolèrent pas un projet aussi inhabituel et risqué que celui-ci.

Brava est une production de Setmàgic Audiovisual, Iberrota Films et TV ON Producciones, avec la participation de Televisió de Catalunya (TV3) et le soutien de l’Institut Català de les Empreses Culturals (ICEC), l’Instituto Valenciano de Cinematografía (IVAC), l’Instituto de la Cinematografía y de las Artes Audiovisuales (ICAA) et Media Desarrollo. Les ventes sont assurées par Inside Content.

(Traduit de l'espagnol)

Lire aussi

Gijón
Bosphorus
Roma_Lazio_FC
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss