Une femme douce (2017)
120 battements par minute (2017)
Western (2017)
Scary Mother (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
The Erlprince (2016)
Grain (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

SOFIA 2017

email print share on facebook share on twitter share on google+

Gogita's New Life: la quête effrénée d’une femme et d’un foyer

par 

- Dans son nouveau documentaire, dévoilé à Sofia, Levan Koguashvili rassemble ses plus belles qualités de réalisateur : humour, simplicité et humanité

Gogita's New Life: la quête effrénée d’une femme et d’un foyer

Le Géorgien Levan Koguashvili est connu pour ses deux longs métrages, chaleureusement accueillis par les festivals, la critique et le public : Street Days (2010) et Blind Dates [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Levan Koguashvili
fiche film
]
(2013), récompensés à Palm Springs, Lecce, Sofia, Wiesbaden et Zagreb après avoir respectivement été projeté en première mondiale à Rotterdam et Berlin. Néanmoins, son premier film, Women from Georgia, était également un documentaire. Il revient aujourd’hui avec un long métrage documentaire, Gogita’s New Life, dévoilé en première mondiale au Festival international du film documentaire d’Amsterdam. Cineuropa s’est rendu à la projection du film au Festival international du film de Sofia.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Gogita est un homme de 39 ans, originaire de la campagne géorgienne. Au début du film, il retourne chez sa mère après avoir purgé une peine de 14 ans. Il travaille dans la ferme de sa mère et accepte quelques petits boulots dans les alentours. Désireux de rattraper le temps qu’il a perdu en prison et de prendre sa vie en main, il commence à construire une nouvelle maison et à chercher une femme, mais il se montre terriblement exigeant.

Un jour, il rencontre Maka sur Facebook. Elle a son âge, elle vit des gâteaux qu’elle cuisine, ce qui se voit à son physique (la mère de Gogita l’appelle "grassouillette"). Mais Gogita, un homme maigrelet à qui il manque quelques dents, n’y voit aucun inconvénient, au début en tout cas. Il parvient à convaincre Maka de le rejoindre en bord de mer afin qu’ils puissent passer un peu de temps ensemble. Mais une fois sur le lieu du rendez-vous, Cogita change d’avis et Maka s’en va, furieuse. Cogita tente ensuite pendant quelques temps d’aborder d’autres femmes, en vain. Il change alors de nouveau d’avis et supplie Maka de lui donner une seconde chance.

Comme dans ses longs métrages, Levan Koguashvili aborde ses personnages avec beaucoup de sympathie et une bonne dose d’humour. Il ne se concentre pas seulement sur Cogita, il s’assure également de relater l’histoire du point de vue de Maka. Les scènes où elle fait du sport afin de perdre du poids ont beau être très drôles, il n’y a toutefois pas une once de méchanceté. Le réalisateur a une vision du cinéma avant tout humaine, et il s’agit de l’une des plus grandes qualités de son nouveau documentaire, qui rappelle les aventures romantiques de Blind Dates, tendres sans être écœurantes. Bien que les deux films n’aient pas été tournés au même endroit, le littoral est similaire, avec des restes rouillés d’un vieux parc d’attractions éparpillés sur la plage de galets. Gogita’s New Life respecte également l’esthétique de Levan Koguashvili : la réalité quotidienne apparaît sous forme de petits indices dissimulés, mais largement perceptibles.

Gogita's New Life a été coproduit par la société géorgienne Kino Iberica, Tatofilm par la télévision publique géorgienne, la société russe Moskvich, l'ukrainienne MDR et la croate Embrio Production. Les ventes internationales du film sont assurées par la société allemande Deckert Distribution.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Sarajevo Report
Locarno Report
Midpoint Feature
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss