Corps et âme (2017)
Laissez bronzer les cadavres (2017)
The Square (2017)
Handia (2017)
La Belle et la meute (2017)
Valley of Shadows (2017)
Spoor (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

BIFFF 2017

email print share on facebook share on twitter share on google+

Hidden Reserves : l’immortalité, mais à quel prix ?

par 

- Dans son nouveau long métrage, Valentin Hitz décrit une société dystopique dans laquelle même le droit à la mort doit être acheté

Hidden Reserves : l’immortalité, mais à quel prix ?

Presque 15 ans après son premier long métrage, Cold Front, le réalisateur autrichien Valentin Hitz, fasciné par l’immortalité depuis son enfance, ou plutôt par l’idée de ne pas avoir le droit de mourir, a intégré cette idée au cœur de son nouveau long métrage. Récompensé par un Golden Eye à Zurich, trois prix aux Austrian Film Awards et par le Mélèze de cristal de Saas-Fee, Hidden Reserves [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Valentin Hitz
fiche film
]
vient d’être projeté au Festival international du film fantastique de Bruxelles dans la section Compétition 7e Parallèle.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce film nous emmène dans une société dystopique où il est nécessaire d’assurer sa mort, faute de quoi, votre vie sera prolongée. Mais à quel prix ? Le réalisateur nous livre un aspect négatif de l’immortalité, dans lequel votre corps est maintenu dans un état végétatif et permet au gouvernement de stocker des données jusqu’à ce que vos dettes soient remboursées. Toutefois, ce système est présenté sous deux angles : tout d’abord, du point de vue de Vincent Baumann (Clemens Schick), un courtier carriériste sans émotion, obsédé par la vente de ses assurances et l’idée d’obtenir une promotion, puis, à travers les yeux de Lisa Sokulova (Lena Lauzemis), une activiste prête à tout pour défendre le droit à la mort. Bien qu’ils appartiennent à deux mondes différents, ils vont devoir se rapprocher pour défendre leurs intérêts secrets…

Le tout se déroule dans une ambiance froide, sans couleur ni émotion. Le directeur de la photographie, Martin Gschlacht, et le directeur artistique, Hannes Salat, ont effectué un travail remarquable : malgré un budget modeste, ils sont parvenus à créer une société dystopique dont la crédibilité ne fait aucun doute. Quant aux deux acteurs principaux, ils livrent un excellent jeu d’acteur en laissant transparaître aussi peu d’émotion qu’il n’en faut. Avec Hidden Reserves, Valentin Hitz désirait pousser le public à réfléchir sur ces questions qui le préoccupent depuis son enfance : est-il possible de ne plus avoir le droit de mourir ? Qui déciderait alors de nous laisser vivre ou mourir ? Serait-ce le gouvernement, un groupe avec des intérêts financiers ou encore un ordinateur ? Au-delà de l’effet escompté, il nous livre également une véritable mise en garde sur l’état actuel de notre société en nous projetant dans un futur qui n’est finalement peut-être pas si lointain.

Hidden Reserves a été coproduit entre l’Autriche, la Suisse et l’Allemagne par les sociétés Freibeuter Film, Dschoint Ventschr Filmproduktion et Neue Mediopolis Filmproduktion. Le film sortira en Allemagne le 20 avril, distribué par Camino Filmverleih.

Lire aussi

WTW Documentaries
EPI Distribution
LIM
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss