Une vie (2016)
Out (2017)
Bigfoot Junior (2017)
The Party (2017)
Que Dios nos perdone (2016)
L'autre côté de l'espoir (2017)
Glory (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

Discussion

email print share on facebook share on twitter share on google+

Étude de cas sur Cleverman, Berlinale Co-Production Market

mp4 (1280x720) 18:51

Copiez et collez le code dans votre html pour intégrer cette vidéo :

(En anglais)

Cette discussion, qui a eu lieu lors du Co-Production Market de la 66e édition de la Berlinale, est une étude de cas sur la série dramatique Cleverman, qui s’efforce de transmettre les 60 000 ans de culture orale des Aborigènes d’Australie en six épisodes d’une heure chacun.

Ce débat, organisé en partenariat avec le festival Séries Mania du Forum des Images et animé par Laurence Herszberg (directrice exécutive du Forum des Images, qui a créé et dirige Séries Mania), réunit le créateur et producteur de la série Ryan Griffen, ses productrices Rosemary Blight (Goalpost Pictures, Australie) et Angela Littlejohn (Pukeko Pictures, Nouvelle-Zélande), et Amelie von Kienlin (Red Arrow International, Allemagne)

La discussion porte sur le concept de la série et les origines de sa création, puisque Griffen en a eu l’idée alors qu’il jouait avec son fils dans son jardin. Cette série, qui sera diffusée par la chaîne de télévision australienne ABC, est un drame très conceptuel qui cherche à introduire auprès du jeune public les histoires du « temps du rêve », menacées de disparaître en même temps que les doyens aborigènes d’Australie.

La discussion s’intéresse également aux décisions prises par les créateurs de Cleverman : par exemple, pourquoi une équipe de professionnels ayant plus d’expérience dans le cinéma que dans la télévision a-t-elle choisi de sortir de sa zone de confort pour faire une série télévisée ? Quelles sont les différences actuelles entre le secteur du cinéma et celui de la télévision ? Qu’est-ce qui différencie le fait d’écrire un scénario pour le cinéma ou pour la télévision ? Et, en ce qui concerne les différences culturelles, comment parvenir à vendre quelque chose de si fondamentalement australien à l’international et à trouver des investisseurs étrangers ?

La deuxième partie de cette discussion se trouve ici.
La troisième partie de cette discussion se trouve ici.

Newsletter

DPC
WBImages Locarno
Swiss Locarno

Follow us on

facebook twitter rss