email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Institutions / Législation - Suède/Chili/Belgique/Norvège/Royaume-Uni

Country Focus: Norvège

Le documentaire Arica suscite l’intervention d’un groupe de Rapporteurs sur les Droits humains envoyés par les Nations Unies

par 

- Ce long-métrage par Lars Edman et William Johansson documente les ravages causés par un géant suédois de l’exploitation minière dans une ville du désert chilien

Le documentaire Arica suscite l’intervention d’un groupe de Rapporteurs sur les Droits humains envoyés par les Nations Unies
Arica de Lars Edman et William Johansson

Il y a 30 ans, le suédois Boliden, géant de l'exploitation minière et de l'extraction par fusion, a fait expédier 20 000 tonnes de déchets toxiques dans la ville chilienne d’Arica. Aujourd’hui, un groupe de rapporteurs des Nations-Unis, dirigé par le Dr Marcos Orellana, dénonce des violations répétées des droits de l'homme, comme l’ont révélé Lars Edman et William Johansson dans leur documentaire Arica [+lire aussi :
critique
fiche film
]
. Ce film, présenté l’année dernière au IDFA, va poursuivre sa tournée des festivals en Espagne, République tchèque, Italie et Belgique.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L'exposition aux déchets toxiques est à l’origine de nombreux cas de cancer, de malformations congénitales et de maladies graves. Le gouvernement chilien estime qu’environ 12 000 personnes ont été exposées aux toxines. Le CDHNU a conseillé au gouvernement suédois de "prendre des mesures urgentes pour rapatrier les déchets dangereux en Suède ou de veiller à leur élimination de manière écologique et rationnelle".

Une critique toute particulière est adressée à Boliden Mining, accusé de "comportement intimidant et menaçant" à l'égard des défenseurs des droits de l'homme, c’est-à-dire l'équipe d’avocats représentant les victimes à Arica. La cour d'appel suédoise a décidé de ne pas entendre l'affaire d'Arica au motif que, en vertu du droit suédois, les actions de Boliden avaient dépassé le délai de prescription pour être jugées. Selon les avocats des victimes d’Arica, l’approche adoptée par Boliden suite à cette décision est "une tentative délibérée de réduire au silence et d'intimider d'autres avocats et défenseurs des droits de l'homme". L'action des Nations unies a été saluée par les victimes et les militants, notamment par le militant populaire Rodrigo Pino Vargas, qui a déclaré : "Depuis plus de 30 ans, nous avons vu nos familles et nos voisins subir les conséquences des déchets suédois. Nous avons enterré nos enfants et avons été contraints de quitter nos maisons. Nous continuerons à nous battre jusqu’à ce que nous ayons été entendus et que nous ayons obtenu réparation. Même lorsque nous gagnons devant la justice, ce ne sont que des promesses vaines. Pour la première fois, l'intervention des Nations unies nous donne l'espoir que nos droits humains seront respectés. Nous, les habitants d'Arica, exigeons que des mesures immédiates soient prises pour assurer nos besoins en matière de santé et pour renvoyer les déchets toxiques là où ils doivent être — en Suède."

Le célèbre documentaire, tourné sur une période de 15 ans, a fait la lumière sur une affaire honteuse de colonialisme moderne. Après avoir perdu leur procès en 2018, avec une sentence en faveur de Boliden qui rejetait le verdict des juges chiliens en matière de responsabilités du géant suédois et en légitimant ses méfaits, un autre recours judiciaire a été perdu en 2019. À ce jour, la Cour Suprême suédoise n’a pas accordé aux victimes chiliennes le droit de faire appel, et Boliden menace de poursuivre leurs avocats et de leur faire payer les frais de justice, dont le montant avoisine le 5 millions de dollars.

Le producteur Andreas Rocksén a précisé :" lorsque Lars et William ont commencé le tournage il y a 15 ans, leur intention était de veiller à ce que les habitants d’Arica, victimes du stockage de déchets sur les terres où ils ont grandi, soient entendus. Ce qui s’est passé depuis a largement dépassé les attentes : leur histoire est connue du monde entier. Pourtant, ces habitants d’Arica sont toujours engagés dans une bataille judiciaire. Nous allons continuer à faire entendre leurs voix du mieux que nous le pouvons et nous saluons les différentes initiatives prises pour faire respecter leurs droits."

Pendant ce temps-là, la pression politique monte en Suède, au moment où le pays se prépare à accueillir le sommet Stockholm+50, qui marque les 50 ans de la toute première conférence des Nations unies sur l'environnement.

Arica est une production suédoise du studio indépendant Laika Film & Television, en coproduction avec Clin d’Oeil Films (Belgique), Aricadoc (Chili), Relation04 Media (Norvège) et Radio Film Ltd (Royaume-Uni). Les ventes internationales ont été confiées à la société suisse Lightdox.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Karine Breysse)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy