email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

France/Kosovo

Dossier industrie: Produire - Coproduire...

La France et le Kosovo signent un accord de coproduction à Cannes

par 

Ce document a été signé par le ministre de la Culture kosovar, Hajrulla Çeku, et le président du CNC, Dominique Boutonnat

La France et le Kosovo signent un accord de coproduction à Cannes
La signature de l'accord à Cannes (© Bardhyl Dobra)

Le 21 mai, le ministre de la Culture kosovar Hajrulla Çeku et le président du CNC, Dominique Boutonnat, ont signé un accord de coproduction au Marché du Film de Cannes. Les signataires sont le CNC pour la France, le Centre de la cinématogaphie du Kosovo et les ministères de la Culture des deux pays.

L’accord, à durée illimitée, a pour objectif de faciliter la réalisation de coproductions qui bénéficieront, au cas par cas, d’un financement public de 20-80 % de la part des deux pays. Pour des productions à gros budget avantageuses pour la stratégie du secteur en France et au Kosovo, ce soutien pourrait être réduit à 10 %.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les pourparlers entre la France et le Kosovo autour de la signature d'un pacte de coproduction ont commencé avec la sortie de La Colline où rugissent les lionnes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Luana Bajrami
fiche film
]
de Luàna Bajrami, la toute première coproduction entre la France, les États-Unis et le Kosovo, qui a fait sa première l’année dernière à la Quinzaine des Réalisateurs pour ensuite être projeté à Sarajevo et Toronto.

L’article 1 de l’accord établit qu'un comité conjoint supervisera le travail des deux parties et le passera en revue tous les deux ans. Les parties peuvent sortir de l’accord avec un préavis de six mois.

Les liens entre le Kosovo et la France se sont renforcés ces dernières années. En ce moment, le CNC fournit aussi du conseil pour aider le jeune Centre de la cinématographie du Kosovo à mettre en place un modèle viable pour ses financements. Ce pays est-européen va aussi bientôt se doter d'une nouvelle loi sur le cinéma (elle doit être approuvée cette année) qui promet de fournir de nouvelles incitations financières ainsi que de moderniser les normes qui régissent le secteur.

La convention fait partie de la stratégie du Kosovo, qui est de signer activement des accords bilatéraux. Elle vient deux semaines après l’accord de coproduction signé avec Israël.

Sur l'entente avec la France, Lum Çitaku, directeur du Centre de la cinématographie du Kosovo, a dit à Cineuropa : "Cet accord entre le Kosovo et la France est d’une importance particulière, parce qu'il rend les coproductions entre les deux pays officielles. De plus, il pose des fondations pour des formes de coopération plus solides. Il crée aussi les conditions requises pour augmenter le nombre de coproductions. Le secteur du Kosovo et son centre du cinéma ont très envie de coopérer avec la France, qui est déjà un modèle très bien établi et qui a une longue tradition de cinéma. Et je pense que du point de vue français, nous sommes vus comme une communauté cinématographique très vivante, riche en jeunes talents qui amènent des idées fraîches. C’est un partenariat qui bénéficiera aux deux parties".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy