email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

Industrie / Marché - France

Dossier industrie: Produire - Coproduire...

298 longs métrages produits par la France en 2023

par 

Avec 1,34 Md€ d’investissements, la production cinématographique française confirme son dynamisme et la solidité de son système de préfinancement, streamers inclus

298 longs métrages produits par la France en 2023
Le Comte de Monte-Cristo d'Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte, qui bénéficie d'un budget énorme de 42,9 M€

Après une forte reprise en 2022, la production cinématographique française a pleinement retrouvé son rythme de croisière d’avant-crise pandémique avec 298 longs métrages agréés (dont un record de 18 titres d’animation, 40 documentaires en très nette baisse, et 28,3% de films réalisés par des femmes) l’an dernier pour 1,34 Md€ d’investissements (en hausse de 13,6 %) selon le bilan 2023 dévoilé par le CNC.

Ce retour à la normale est marqué par un très net regain du nombre de films 100 % français (178 en 2023, soit 35 de plus qu’en 2022 où leur niveau n’avait jamais été aussi bas depuis 2010) alors que les coproductions internationales ont diminué à 120 (en recul de 24 par rapport à une année précédente record), dont 58 majoritaires françaises et 62 minoritaires avec 33 pays. Les investissements dans ces coproductions se sont élevés à 464,68 M€. L’an dernier, les principaux partenaires étrangers du cinéma hexagonal ont été la Belgique (29 FIF et 12 minoritaires), l'Italie (7 et 12), l'Allemagne (8 et 8), l’Espagne (2 et 7), le Canada (5 et 4), la Suisse (4 et 4) le Portugal (1 et 7) et le Luxembourg (5 et 1).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
sunnysideofthedoc_register_2024_innerMai

À signaler également la persistance  du renouvellement des talents puisque les 236 films d’initiative française (FIF) produits en 2023 incluent 75 premiers longs (dont 35,9 % réalisés par de femmes) et 37 seconds longs.

Du côté du financement, 1,12 Md€ a été investi dans les 236 FIF avec un devis moyen augmentant pour la troisième année consécutive à 4,78 M€. 37 d’entre eux ont bénéficié d’un budget supérieur à 7 M€ dont huit à plus de 20 M€ (notamment Le Comte de Monte-Cristo [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
à 42,9 M€, les deux parties de De Gaulle à 37,7 M€ et 37,8 M€, et l’Amour ouf à 35,7 M€). Il faut également signaler une baisse sensible des petits budgets (44 films à moins de 1 M€) et surtout le très net rebond du nombre de longs métrages aux budgets entre 4 et 7 M€ (56 FIF contre 33 l’année précédente), autrement dit le "cinéma du milieu" qui voit naître une grande majorité des meilleurs films d’auteur hexagonaux.

Le détail des sources de financement des FIF en 2023 révèle un haut niveau historique d’engagements des diffuseurs (383,87 M€, en hausse de 41,4 % par rapport à 2022) qui couvrent 34 % des budgets. En revanche, la part des mandats (distribution salles, édition vidéo, ventes internationales) continue de baisser et s’établit maintenant à 9,7 % des devis. Le reste du financement des FIF est issu des producteurs eux-mêmes qui couvrent 38,8 % des budgets (une part qui diminue ultérieurement après récupération du crédit d’impôt), des soutiens publics (8,3 % via les aides automatiques et sélectives du CNC, et les aides régionales), des apports étrangers (6,3 %) et des Sofica (3,1 %).

Dans le détail des diffuseurs, Canal+ reste indiscutablement le pilier du financement du cinéma français avec 154,11 M€ d’investissements en préachat dans 136 FIF (auxquels s’ajoutent 6,46 M€ pour 13 coproductions minoritaires françaises). Les autres chaînes payantes pointent à 17,51 M€ pour OCS (pour 25 longs métrages dont 24 FIF) et à 14,8 M€ pour Ciné+ (pour 135 films dont 123 FIF). Un paysage français de la Pay TV qui sera bientôt redessiné par le rachat entériné d’OCS par Canal+.

Du côté des chaînes gratuites, France 2 mène le bal avec 50,43 M€ d’investissements pour 39 titres (dont 36 FIF), suivie par TF1 (50,2 M€ sur 11 FIF), France 3 (24,4 M€ pour 34 films dont 30 FIF), M6 (15,2 M€ pour 8 FIF) et Arte France (9,19 M€ pour 23 longs métrages dont 17 FIF). Les autres chaînes gratuites ont investi 11,8 M€ au total avec notamment 16 films pour TMC, 17 pour C8 et 8 pour W9.

Partenaires du financement pour la troisième année, les plateformes SVOD ont financé 40 films en 2023 contre 17 en 2022 et un en 2021. Leurs investissements se sont élevés l’an dernier à 48,23 M€ (contre 21,01 M€ en 2022) dont 31,5 M€ pour Netflix (17 FIF), 9,86 M€ pour Prime Video (12 FIF), 6,45 M€ pour Disney+ (10 films dont 9 FIF) et un film préacheté par Max (HBO) qui sera lancé en France cet été avant les Jeux Olympiques de Paris. À noter que les plateformes sont diffuseurs uniques seulement pour trois de ces films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy