email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Box Office - France

Dossier industrie: Distribution, exploitation et streaming

91,4 M€ de recettes en 2021 pour le cinéma français à l’international

par 

Malgré l’environnement compliqué des salles mondiales entravées par la pandémie, la diversité du cinéma français a continué à circuler dans le monde l’an dernier

91,4 M€ de recettes en 2021 pour le cinéma français à l’international
Le Tour du monde en 80 jours de Samuel Tourneux

Salles fermées quasiment tout le premier semestre dans énormément de territoires, mesures de précautions sanitaires générant des phénomènes de "stop and go" de la fréquentation renaissante fragmentant le panorama géographique et court-circuitant souvent les stratégies de lancement international des films : nul n’attendait de miracle du bilan 2021 du cinéma français à l’étranger dévoilé aujourd’hui au théâtre Marigny dans le cadre des 24es Rendez-Vous d’UniFrance (organisés à Paris du 11 au 17 janvier).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les films français ont cumulé 91,4 M€ de recettes (chiffre provisoire) à l’international en 2021, soit 14,8 millions d’entrées (un résultat en hausse de 8% par rapport à l’année précédente) enregistrées par 1527 sorties.

49,5% de ces entrées ont été réalisées par des productions majoritaires françaises, notamment par le long métrage d’animation Le Tour du monde en 80 jours [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Samuel Tourneux (630 000 spectateurs), Le Loup et le lion [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Gilles de Maistre (500 000), la Palme d’Or Titane [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Julia Ducournau, Vincent L…
fiche film
]
de Julia Ducournau (380 000), Annette [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Leos Carax (300 000) et Eiffel [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Martin Bourboulon (300 000).

Pour la 3e fois depuis 2000 (après 2006 et 2011), le classement est dominé (à hauteur de à 50,5 %) par les productions minoritaires françaises, en particulier The Father [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Florian Zeller
fiche film
]
de Florian Zeller (3,8 millions d’entrées) et Pinocchio [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Matteo Garrone
fiche film
]
de Matteo Garrone qui sont d’ailleurs les deux seuls films agréés français à avoir franchi le million de spectateurs hors de France en 2021.

Cependant, 24 longs métrages français ont dépassé les 100 000 entrées à l’international l’an dernier et la réouverture en juin 2021 des salles dans l’Hexagone suivie par le Festival de Cannes en juillet ont initié une relance et un renouveau de l’offre de films, notamment des productions majoritaires, qui ont recommencé à s’exporter au second semestre avec de très nombreux titres encore à sortir dans le monde en 2022. La qualité et la diversité du cinéma français sont en effet toujours au rendez-vous puisque 210 longs métrages français ont été sélectionnés en 2021 dans les 10 festivals internationaux majeurs.

Si la répartition des entrées selon les genres est restée dans la lignée des années précédentes (39,7% pour les drames, 24,1% pour les comédies et les comédies dramatiques, 12,7% pour l’animation, 12,2% pour le fantastique, l’horreur et la science-fiction, 7,6% pour les films d’aventure, les polars et les thrillers, 3% pour les biopics, les films de guerre et les titres historiques, et 0,7% pour les documentaires), la géographique s’est profondément modifiée : la Chine est en effet devenu en 2021 le premier territoire pour les films français devant la Russie et l’Espagne.

Pour la 6e année consécutive, l’Europe occidentale est la zone leader avec 39% des entrées à l’international enregistrées l’an dernier par les films français, mais le nombre de spectateurs y a baissé de 17,3 % par rapport à 2020. Seule l’Espagne a dépassé le million de spectateurs et si la fréquentation des productions hexagonales est en hausse en Scandinavie, en Belgique et en Suisse, et stable en Grèce, elle est dans le rouge sur les autres marchés.

L’Europe centrale et orientale représente 16,6%, en recul de 12,5% par rapport à l’année précédente. Le seul territoire à plus de 1 million de spectateurs est la Russie, mais la Pologne figure encore dans le top 10 des meilleurs territoires internationaux pour les films français. Seules la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Pologne et la Roumanie ont signé en 2021 de meilleurs résultats pour le cinéma français par rapport à 2020.

L’Asie pointe à 20,3% avec une progression annuelle de 90,5% boostée par la Chine où dix fois plus de cinéphiles qu’en 2020 ont découvert l’un des 6 films français proposés. Après le régime sec de l’année précédente, les marchés de l’Amérique Latine (10,7% à +90,4% de spectateurs) et de l’Amérique du Nord (7,1%) ont retrouvé un peu d’appétence pour le cinéma français. Enfin l’Océanie pointe à 5,6% du total des entrées françaises à l’international (avec notamment un carton en Australie et Nouvelle-Zélande pour Antoinette dans les Cévennes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Caroline Vignal) et la zone Afrique & Moyen-Orient à 0,8%.

Si les résultats 2021 sont à interpréter avec précaution en raison des turbulences de la gestion de la pandémie et que UniFrance souligne que "l’avenir s’annonce incertain et imprévisible", l’agence reste optimiste : "le cinéma français continue d’exister à l’international grâce à son offre riche et diversifiée, au nombre élevé de coproductions, à son patrimoine solide, à une présence constante et ancrée au sein des festivals et des plateformes, et à un tissu de professionnels français œuvrant pour sa création et sa diffusion".

Mais comme il ne faut rien négliger, le bilan 2021 insiste également sur le fait que la présence des productions françaises au catalogue des plateformes SVOD dans le monde est passé de 2,4 % en 2019 à 4,8 % en 2021 avec 2900 films, soit la 3e place des cinématographies nationales derrière les États-Unis et l’Inde. Et en comparant ces 4,8% aux 9,9% de la présence française dans les salles à l’international, UniFrance a constaté une forte corrélation d’intérêt pour les films français sur les deux supports de diffusion, ce qui permet d’envisager des perspectives positives pour les prochaines années.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy