email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

RUE MAYSKAYA

de Gabriel Tejedor

synopsis

2015, dans la campagne biélorusse, l’élection présidentielle qui renouvellera, encore, le mandat de Loukachenko, se prépare. Kostia, lui, vient de fêter ses dix-huit ans. Le petit village de Krupki, où il passe le plus de temps possible lorsqu’il n’est pas à l’université de Minsk, est son territoire. En le suivant, la rue Mayskaya devient, grâce aux personnages qui l’habitent, une fenêtre ouverte sur la Biélorussie. On y croise des jeunes, avec leurs tentatives de se construire en gardant leurs rêves d’enfants, et les anciens, plus critiques, fatigués par ce que la région a traversé au fil du temps, de la Seconde Guerre mondiale à la catastrophe de Tchernobyl. Dans ce pays désenchanté, à travers le regard de Gabriel Tejedor, cette rue apparaît comme un havre de paix aux couleurs chatoyantes, entre les récoltes miraculeuses de myrtilles, les pique-niques dans l’herbe grasse et la petite église orthodoxe accueillante pour toute la communauté. Ici, un futur peut être imaginé pour Kostia et ses amis, grâce à la convivialité et l’entraide établies dans le voisinage et grâce à une vie commune, en toute simplicité.

titre international : Mayskaya Street
titre original : Rue Mayskaya
pays : Suisse, Biélorussie
année : 2017
genre : documentaire
réalisation : Gabriel Tejedor
durée : 67'
directeur de la photo : Joakim Chardonnens, Franck Ravel
montage : Christine Hoffet
producteur : Xavier Derigo
production : IDIP Films
(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)