email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Salvatore Mereu • Réalisateur

Deux jolis papillons dans un Cagliari magique et cruel

par 

- Mereu fait de deux fillettes d'un quartier délabré de Cagliari les héroïnes d'une comédie à la fois exaltante et amère

Salvatore Mereu • Réalisateur

Bellas Mariposas [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(litt. "beaux papillons"), tiré de la nouvelle éponyme de feu l'écrivain Sergio Atzeni, qui est devenue un récit-culte en Sardaigne, est une comédie à la fois exaltante et amère signée Salvatore Mereu (Sonetaula) qui ne laisse pas indifférent. Les héroïnes en sont Cate et Luna, deux familles issues de familles défavorisées qui vivent dans la banlieue de Cagliari, précisément le quartier de Sant'Elia.

Le réalisateur a produit son film lui-même avec son épouse via leur société Viacolvento, en collaboration avec Rai Cinema, la Région autonome de Sardaigne et l'Institut supérieur d'ethnographie de Sardaigne, et avec le soutien de la Commission du film de Sardaigne. "Je suis en cours de négociations, explique le réalisateur, mais nous n'avons pas encore de distributeur. Ça fait mal au coeur de le dire, mais depuis quelques temps j'ai l'impression que l'espace réservé à ce genre de films s'est encore réduit".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Comment est née l'idée de porter sur le grand écran Bellas Mariposas ?
Salvatore Mereu : Pour mon projet précédent, Tajabone, j'ai passé un an dans le quartier de Sant'Elia et tâché de pénétrer une communauté qui n'accepte généralement pas les regards extérieurs. Il n'a naturellement pas été facile d'adapter la nouvelle, qui a un seul narrateur, passe sans arrêt du coq à l'âne et n'a pas de ponctuation.

L'une des fillettes, Sara, s'adresse toujours directement au spectateur, fixant la caméra...
Cet élément était déjà dans la nouvelle, de là venait sa force, mais à l'écran cela pouvait aussi être un danger, surtout en confiant ce rôle à une actrice non-professionnelle. Sara et moi avons pris ce risque, et j'espère que nous avons réussi ce pari.

Vous avez confié beaucoup de rôles à des débutants, y compris les deux principaux.
Je voulais mélanger acteurs professionnels et non-professionnels. Dans le film, il y a aussi beaucoup de comédiens de théâtre. Mélanger professionnels et nouveaux venus est une opération plus délicate, mais aussi plus intéressante.

Dans le film, tous les personnages s'expriment en dialecte.
Il était fondamental de garder la langue que parlent vraiment les gens là-bas : je n'ai pas hésité un instant, même si cela peut compliquer la carrière du film dans les salles.

Comment avez-vous trouvé Cate et Luna?
En faisant une série d'essais dans les écoles. Nous avons travaillé comme si nous préparions une pièce de théâtre : j'ai élaboré le calendrier dans l'ordre chronologique pour qu'elles découvrent au fur et à mesure le parcours du film.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.